Intoxications au monoxyde de carbone dans une école à Lyon

logo AFP

Une cinquantaine d’enfants, scolarisés dans une école privée du VIIe arrondissement de Lyon, ont été placés en caissons hyperbares après une intoxication lundi au monoxyde de carbone, a annoncé la préfecture.

54 enfants ont été hospitalisés parmi lesquels 26 présentaient des symptômes comme des maux de tête ou des vomissements. Ils ont été placés sous oxygène pendant une durée de six heures, a précisé un communiqué de la préfecture.

« 28 autres ne présentant pas de symptômes ont également été placés par précaution sous oxygène », a détaillé la préfecture du Rhône qui fait également état de six adultes, professeurs des écoles, « hospitalisés et placés sous oxygène pour une durée de 6 heures ».

L’école a été fermée, avait précisé lundi, en début d’après-midi, un porte-parole de la préfecture.

Aucun pronostic vital n’a été engagé.

La préfecture a néanmoins déclenché le plan Orsec « nombreuses victimes » et le « plan blanc » de mobilisation des établissements hospitaliers. Quarante véhicules, 100 sapeurs-pompiers et trois équipes du Samu ont été dépêchés sur place.

Les secours ont été appelés lundi à 10H35 à l’école Saint-Joseph où sont scolarisés 240 enfants. En tout, 180 enfants ont été potentiellement touchés. Treize d’entre eux (en plus de ceux en caissons hyperbare, NDLR) et deux adultes ont été directement admis à l’hôpital car ils présentaient des symptômes d’intoxication.

« Les émanations de dioxyde de carbone étaient dues à un tuyau de chauffage défectueux dans les faux plafonds de l’établissement », a précisé la préfecture dans un communiqué.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous