Minute de silence: pas d’incidents, scènes émouvantes (proviseurs)

logo AFP

La minute de silence organisée lundi à midi dans les établissements scolaires en hommage aux victimes des attentats n’a pas donné lieu à des incidents, contrairement à janvier, a indiqué sur RTL Philippe Tournier, secrétaire général du premier syndicat des chefs d’établissement.

Le responsable du SNPDEN-Unsa a indiqué ne pas avoir de remontées d’incidents, un peu plus d’une heure après l’hommage, soulignant que « personne n’avait véritablement de crainte sur des incidents cette fois-ci », compte tenu d’un « contexte complètement différent ». « Il y a même plutôt eu des scènes assez émouvantes, des élèves entonnant spontanément la Marseillaise, etc. »

Il a rapporté « un sentiment de peur  » et de « révolte » chez les jeunes. Cette fois, « n’importe quel jeune se sent concerné du fait que l’on mitraille des terrasses de café ou un concert, il voit de quoi il s’agit, et je pense qu’il se sent visé », a-t-il estimé.

Pour épauler les enseignants , le ministère de l’Education nationale « a mis en ligne dès samedi des ressources assez abondantes sur comment parler aux élèves », a-t-il rappelé. Selon la rue de Grenelle, la page dédiée du site Eduscol a été consultée plus d’un demi-million de fois depuis samedi.

« Il y a eu ce weekend, contrairement à Charlie Hebdo, deux jours où chacun a pu réfléchir à ce qu’il allait dire », a relevé M. Tournier. « Ceci dit, quel que soit l’accompagnement, l’organisation, il y a le moment où on se trouve seul face à ses élèves ».

En janvier, quelque 200 cas d’incidents avaient été recensés parmi plusieurs milliers d’établissements, lors de la minute de silence en hommage aux victimes de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous