Attentats: Valls dans une école voisine de la fusillade du Xe arrondissement

logo AFP

Manuel Valls s’est rendu lundi matin dans une école élémentaire du Xe arrondissement de Paris, voisine des lieux d’une des fusillades meurtrières des attentats, en soulignant qu’il « fallait que le cours normal des choses reprenne ».

Le chef du gouvernement, accompagné de la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, est arrivé vers 10H15 à l’école Parmentier, sur l’avenue parisienne du même nom, a constaté un journaliste de l’AFP. Celle-ci fait partie d’une dizaine d’établissements où une cellule psychologique a été ouverte, du fait de leur proximité avec les lieux des attaques.

L’établissement Parmentier se trouve à quelques dizaines de mètres du restaurant « Le Petit Cambodge » et du bar « le Carillon », où quinze personnes ont trouvé la mort vendredi soir.

Le Premier ministre a salué « un quartier populaire profondément touché » et évoqué « les parents parfois inquiets » de laisser leurs enfants à l’école.

« Il faut à la fois trouver les mots justes qui permettent d’accompagner et, en même temps, il faut que le cours normal des choses reprenne », a déclaré M. Valls à quelques journalistes, après avoir rencontré l’équipe pédagogique.

Une élève a demandé à sa maîtresse: « Maîtresse, c’est quand qu’on travaille? », a raconté M. Valls, comme un signe d’un retour à la normale.

« Il faut que les enfants apprennent, que les enseignants enseignent. Nous sommes venus à la fois soutenir cette équipe (…) et en même temps affirmer le message: nous sommes un peuple debout, un peuple libre qui a subi cet assaut. Et il faut que l’école qui est aux avant-postes de la République accomplisse sa mission essentielle », a déclaré le Premier ministre.

Le gouvernement a décidé de maintenir les cours dans les établissements scolaires lundi, après les attentats qui ont fait 129 morts vendredi soir. Mme Vallaud-Belkacem a confirmé que les sorties scolaires « occasionnelles » et les voyages scolaires seraient suspendus jusqu’au 22 novembre au moins.

Une rencontre avec des élèves n’a finalement pas eu lieu pour ne pas ajouter aux inquiétudes des enfants.

« Il faut protéger bien sûr ces élèves, on ne dit pas la même vérité à un adulte qu’à un élève. Mais ils doivent comprendre qu’on a tué. Chaque enseignant sait parfaitement quels sont les mots qu’il faut trouver, les attitudes nécessaires qui s’imposent pour accompagner les enfants », a souligné M. Valls.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous