Microsoft consacre 83 M EUR aux start-ups et à l’éducation en France

logo AFP

Le groupe américain Microsoft va consacrer plus de 80 millions d’euros à l’accompagnement de start-ups et à l’équipement d’écoles françaises, a-t-il annoncé lundi, à l’occasion de la visite à Paris de son directeur général Satya Nadella.

Reçu par le président François Hollande à l’Elysée, le patron de Microsoft a lancé un nouveau programme destiné à faire profiter des start-ups françaises des dernières innovations technologiques du « cloud » (exploitation de la puissance de calcul ou de stockage de serveurs distants) et du « big data » (accès en temps réel à des bases de données géantes).

« Ce programme comprend aussi un accompagnement business, Microsoft s’engageant dorénavant à soutenir les start-ups à toutes les étapes de leur développement », a noté le groupe dans un communiqué.

« Toutes les start-ups de la French Tech sont éligibles et le dispositif comprend notamment une offre exclusive de soutien en crédits technologiques, développée avec dix accélérateurs partenaires dans toute la France. Ce nouvel investissement de Microsoft France en faveur des start-up représente 70 millions d’euros » en trois ans, a précisé dans le communiqué Alain Crozier, président de Microsoft France.

Environ 300 start-ups en bénéficieront dès cette année, a noté le groupe américain, qui se targue d’être « partenaire de l’écosystème numérique innovant français » depuis dix ans.

Microsoft doit en outre signer le 26 novembre un partenariat avec le ministère de l’Education nationale, afin de contribuer à la réussite du Plan numérique à l’école, ce qui représente un investissement de 13 millions d’euros pour le groupe.

liu/dlm/ei

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous