Ecoles de Seine-Saint-Denis: le Défenseur des droits émet ses recommandations

logo AFP

Le Défenseur des droits, saisi par des parents et professeurs, a appelé lundi le ministère de l’Education nationale à poursuivre sa mobilisation pour les écoles de Seine-Saint-Denis, en proie à une « rupture du principe d’égalité », et énoncé ses recommandations.

Il faut « continuer à mobiliser les ressources nécessaires » en fonction des « besoins des écoles de la commune de Saint-Denis » pour atteindre les objectifs « fixés au titre de l’éducation prioritaire », a estimé dans un communiqué Jacques Toubon, le Défenseur des droits.

Il appelle également le ministère de l’Education nationale à « accorder une attention particulière à l’accompagnement des enfants en situation de handicap » et à « poursuivre le mouvement de rééquilibrage concernant l’ancienneté des enseignants au sein des écoles de la ville ».

Le Défenseur des droits salue toutefois « les avancées apportées par la mise en oeuvre du plan pour la Seine-Saint-Denis annoncé » à l’automne par la ministre de l’Education nationale, après qu’il a constaté en août « la rupture du principe d’égalité entre les usagers du service public », « pour ce qui concerne la rentrée de septembre 2014 ».

Excédés par le manque de moyens dans les écoles de ce département défavorisé de région parisienne, parents d’élèves et professeurs s’étaient fait entendre l’an passé, multipliant manifestations, grèves et fermetures d’écoles et allant jusqu’à saisir le Défenseur des droits.

L’an passé, le ministère de l’Education nationale, qui insiste sur la situation spécifique du département qui accueille à chaque rentrée quelque 2.000 élèves supplémentaires, avait eu recours à des contractuels recrutés via Pôle Emploi pour faire face aux nombreux postes vacants.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous