Pour la communauté juive, Coulibaly visait une école juive le 8 janvier à Montrouge

logo AFP

Amédy Coulibaly, le tueur d’une policière municipale le 8 janvier à Montrouge, « se rendait ce matin-là à l’école juive » de cette commune pour commettre son attentat, a estimé mercredi le représentant de la communauté juive des Hauts-de-Seine, Elie Korchia.

« A l’époque, nous n’avons pas eu tous les renseignements. Nul doute, pour nous, que ce matin-là ce terroriste armé d’une Kalachnikov se rendait à l’école juive de Montrouge », a expliqué le responsable religieux lors d’une soirée de gala des communautés juives départementales à Boulogne-Billancourt.

Le 8 janvier, au lendemain de l’attaque contre Charlie Hebdo, deux agents de la mairie de Montrouge et deux policiers municipaux avaient été appelés sur un banal accident de la circulation, à proximité d’une école juive.

Amédy Coulibaly avait alors surgi et abattu l’un des policiers municipaux, Clarissa Jean-Philippe. Le lendemain, il prenait en otages les clients d’un supermarché cacher à Paris, tuait quatre d’entre eux avant d’être abattu par la police.

Les trois survivants de l’assassinat de Montrouge étaient présents, mercredi soir, à la soirée de gala communautaire mais n’ont pas souhaité prendre la parole.

« Ils ont vu leur collègue policier tomber. L’un d’entre eux a pris une balle au visage. L’autre s’est livré à un violent combat pour désarmer Coulibaly. Ce sont des héros qui ont fait preuve de courage », a salué M. Korchia devant 600 invités, dont de nombreuses personnalités politiques et religieuses.

Les trois survivants avaient été décorés fin octobre par le préfet des Hauts-de-Seine.

« On comprend que si on réagit pas on va mourir. Je me suis dit: il ne faut pas que je tombe par terre », avait à l’époque raconté à l’AFP l’un d’entre eux.

Son collègue avait pour sa part expliqué que « Coulibaly avait retourné sa Kalachnikov sur nous ».

« Le seul moyen de survivre, c’est de lui sauter dessus comme une sangsue. Ca a duré longtemps. J’ai arraché sa cagoule, j’ai tenté de le frapper. La seule phrase qu’il a prononcée, c’est: +Tu veux jouer, tu vas crever+ », avait encore rapporté cet agent municipal.

Le directeur de l’école juive épargnée a assuré que désormais, « tous les jours, dans cette école, il y a des prières qui sont faites pour la policière municipale Clarissa Jean-Philippe, parce qu’elle a très certainement sauvé la vie de dizaines d’enfants ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous