Lettres classiques : un manque flagrant d’étudiants

Une enquête menée par l’association Cnarela révèle les faibles effectifs d’élèves étudiant les lettres classiques à l’université. Un constat inquiétant.

Fotolia_74640910_Subscription_Monthly_M

© BlackMac – Fotolia.com

Après une étude de la Depp qui montrait l’importance de l’origine sociale dans l’apprentissage du latin, les lettres classiques ont fait l’objet d’une enquête menée par l’association Cnarela.

Une moyenne de 10 étudiants par université

Cette dernière, menée par Hélène Frangoulis, consistait à contacter les universités françaises afin de connaître les effectifs d’étudiants en lettres classiques à la rentrée 2014. Les établissements qui ont répondu ont déclaré entre 2 et 31 étudiants inscrits en première année de licence, ce qui représente une moyenne de 10 étudiants par université. Cette baisse des effectifs fut telle ces dernières années que ces chiffres de 2014 constituent une légère remontée, dont « nous pouvons nous réjouir » ajoute l’association.

Un manque de candidats au Capes

Ce faible nombre d’étudiants en lettres classiques risque de mettre en péril, à terme, l’enseignement du latin et du grec. Dans leurs rapports, les jurys des concours 2015 se montrent en effet préoccupés « pour l’option lettres classiques, du nombre extrêmement limité de candidats qui se sont présentés aux épreuves écrites et qui s’avère nettement inférieur au nombre de postes inscrits au concours de ladite option ». On ne comptait que 133 candidats cette année, pour 230 postes ouverts au Capes de lettres classiques. Depuis cinq ans, plus de la moitié de ces postes ne sont pas pourvus. Un constat alarmant, pour des disciplines qui se sentent de plus en plus menacées au collège avec l’arrivée prochaine des EPI.

Source(s) :
  • Le Figaro

2 commentaires sur "Lettres classiques : un manque flagrant d’étudiants"

  1. Pascale  5 novembre 2015 à 16 h 38 min

    En moyenne 10 par Université… Hum… bah voui, quand j’étais étudiante au milieu des années 80, il y avait, à Paris, 2 Universités sur 13 qui proposaient la filière Lettres Classiques, Paris IV, et Paris XIII !

    Une moyenne prenant en compte le nombre total d’université n’a guère de sens ! Parlons en chiffres absolus!Signaler un abus

    Répondre
  2. Jeanne  28 juillet 2016 à 16 h 06 min

    Cela signifie tout simplement que l’enseignement du grec et du latin n’intéresse plus. et honnêtement, à part pour sa culture personnelle et briller en société en citant du latin, je ne vois plus l’intérêt des langues mortes.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous