L’ophtalmologie, spécialité toujours la plus prisée des étudiants en médecine en 2014 (étude)

logo AFP

L’ophtalmologie est de nouveau arrivée en tête des spécialités les plus prisées par les étudiants en médecine ayant réussi les épreuves classantes nationales (ECN) en 2014, la médecine générale se retrouvant en bas du tableau, selon une étude de la Drees publiée lundi.

Sur le podium des spécialités les plus « attractives » pour les futurs internes figurent ainsi, comme en 2013, l’ophtalmologie, mais aussi la cardiologie et la dermatologie, qui se partagent la deuxième place, suivies de la radiologie et la néphrologie.

Pour son étude, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) s’est appuyée à la fois sur les demandes des étudiants et leur classement – les mieux classés ayant plus de chances d’obtenir la formation souhaitée – , ainsi que sur le nombre de postes offerts dans chacune des 30 spécialités recensées.

A l’issue des ECN de 2014, 7.860 candidats ont été affectés sur l’un des 8.190 postes offerts. Au total, 96% de ces postes ont été pourvus, 330 étant restés vacants.

Comme en 2013, il restait ainsi des places en médecine générale, en médecine du travail, en santé publique et en psychiatrie et, pour la première fois l’année dernière, en biologie médicale, en raison de l’augmentation du nombre de postes dans cette discipline.

Avec 215 places délaissées, la médecine générale a pourvu 94% de ses postes (95% en 2013). En termes d’attractivité, elle est passée d’avant-dernière en 2013 à dernière en 2014, juste derrière la médecine du travail.

Pour autant, elle « continue de recruter à tous les niveaux du classement » à l’issue des ECN. A titre d’exemple, le premier étudiant affecté à cette discipline était arrivé 25e aux ECN, alors que le premier affecté à la dermatologie était 91e.

En outre, son attractivité se renforce chez les femmes, alors qu’elle diminue chez les hommes. En 2014, 14% des femmes ayant le choix entre toutes les spécialités ont opté pour la médecine générale, contre 12% en 2013. Chez les hommes, ce taux est passé de 6% en 2013 à 5% l’année suivante.

Selon leur classement à l’issue des épreuves, 34% des étudiants (hors contrats d’engagement de service public) ont pu choisir entre les 30 spécialités disponibles, plus de la moitié entre 21 spécialités, et tous entre les cinq « pour lesquelles des postes n’ont pas trouvé preneur ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous