Banlieues: Didier (LR) veut « rétablir un service militaire et civique »

logo AFP

La situation dans les banlieues a « empiré » dix ans après les émeutes de 2005, a estimé lundi Geoffroy Didier (Les Républicains), qui propose de rétablir « un service militaire et civique obligatoire ».

« Le Premier ministre et une ribambelle de ministres » se déplacent lundi aux Mureaux « pour parler des banlieues, mais cette ribambelle de ministres ne réglera rien et il va falloir une fois pour toutes de la détermination politique suffisante pour s’attaquer aux racines du mal », a déclaré sur RFI le porte-parole de Valérie Pécresse pour la campagne régionale en Ile-de-France.

M. Didier a identifié deux « racines du mal ». « La première racine du mal c’est cette ghettoïsation qui a été orchestrée par des architectes communistes prétendument humanistes dans les années 70, qui ont accepté de défigurer certains quartiers d’Ile-de-France mais aussi de Marseille en créant des tours, des dalles et des dédales qui sont devenus de véritables cages à lapin et il faut casser ces ghettos urbains ».

Comme autre « racine du mal », le délégué national des Républicains aux fédérations, a pointé « le défaut d’assimilation puisqu’on a fait venir des populations immigrées sans leur transmettre les valeurs républicaines ». « Il va falloir que nous passions à une société du respect et moi je propose entre autres, par exemple, que l’on rétablisse le service militaire et civique obligatoire ».

Les choses ont-elles changé depuis 2005 dans les quartiers difficiles? « Non seulement elles n’ont pas changé, ne se sont pas améliorées, mais elles ont empiré. Parce que nous sommes dans une société où on ne respecte plus rien, où surtout l’Etat ne se donne pas les moyens d’agir contre la délinquance qui devient souvent de la criminalité ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous