Reconduite d’un concours exceptionnel pour attirer les instits en Seine-Saint-Denis

logo AFP

Le concours exceptionnel pour recruter des professeurs des écoles en Seine-Saint-Denis, affectée par une pénurie d’enseignants, sera reconduit cette année, a annoncé jeudi la ministre de l’Education, qui l’avait mis en place en 2015.

Les candidats au concours d’instituteurs ne peuvent passer les épreuves que dans une seule académie. Mais en 2015, un concours exceptionnel pour l’académie de Créteil avait été instauré et ouvert à tous les candidats, en plus du concours « normal ».

Un geste qui avait pour but d’augmenter le pool de recrutement pour cette région, qui comprend la Seine-Saint-Denis, en pénurie chronique d’enseignants.

L’expérience de 2015 s’était traduit par une hausse des candidats et des lauréats pour Créteil: 11.000 candidats pour 500 postes, qui avaient tous été pourvus, selon le ministère.

Dans un rapport d’étape rendu public à l’été 2015, le Défenseur des droits Jacques Toubon, saisi à l’automne 2014 par des parents d’élèves de Saint-Denis, avait estimé que les écoliers de cette ville étaient « dans une situation défavorable aboutissant à une rupture du principe d’égalité des usagers devant le service public ».

Poussée démographique (2.000 élèves en plus chaque année) et très faible attractivité auprès des enseignants ont précipité en 2014 la Seine-Saint-Denis vers une situation que le SNUipp, premier syndicat du primaire, a qualifié de « cauchemar »: classes sans professeurs (20 sur la seule ville de Saint-Denis), recours massif aux contractuels, valse des enseignants devant les élèves…

L’année scolaire 2015 a démarré sous de meilleurs auspices, ont reconnu les syndicats, qui redoutent cependant un assèchement rapide du volant des remplaçants pour ce département.

Les autorités (conseil départemental, académie, préfecture) ont pour priorité de renforcer l’attractivité du département. Elles ont ainsi réservé cette année vingt logements sociaux à des professeurs arrivant sur ce territoire, un dispositif voué à s’élargir. Autre piste suivie, proposer des places en crèche aux jeunes pères ou mères enseignants.

Car attirer les candidats permettra aussi de répondre positivement aux demandes des professeurs voulant quitter l’académie alors qu’actuellement, certains réclament leur mutation depuis plus de vingt ans…

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous