L’adolescent tué à Pantin victime d’un règlement de comptes entre bandes rivales (entourage)

logo AFP

L’adolescent de 16 ans poignardé à mort le week-end dernier à Pantin a été victime d’un règlement de comptes entre bandes rivales issues de Seine-Saint-Denis, a-t-on affirmé jeudi dans son entourage.

Fosari Sanha a été tué dans la nuit de samedi à dimanche de trois coups de couteau par une dizaine de personnes qui l’ont laissé gisant dans son sang sur le trottoir avant de prendre la fuite à bord d’une voiture retrouvée à La Courneuve.

D’après une source proche de la famille, il a été tué « en représailles à une bagarre qui a eu lieu en juin entre la bande des 4.000 », du nom d’une cité de La Courneuve, « et la bande des 40 », en référence à un ensemble HLM d’Aubervilliers.

« Il était sorti avec des amis ce soir-là. Eux ont réussi à s’enfuir mais pas lui », a raconté cette source, décrivant « Fossar », qui était déscolarisé, comme un « garçon sans histoire, assez apprécié dans le quartier ».

Toujours selon cette source, c’est pour venger sa mort que des élèves du lycée Le Corbusier habitant La Courneuve ont été pris à partie lundi après-midi par des élèves résidant eux à Aubervilliers.

Quatre lycéens ont été légèrement blessés lors de cet affrontement qui a impliqué une cinquantaine de jeunes munis pour certains de barres de fer, selon une source policière. Trois ont été conduits à l’hôpital.

Depuis cet incident, la police surveille les abords de tous les lycées d’Aubervilliers et de La Courneuve et des CRS ont été mobilisés pour patrouiller à la cité des 4.000, a ajouté cette source.

Confrontés à la « loi du silence », les enquêteurs peinent toujours à identifier les agresseurs. S’ils ont écarté l’hypothèse d’un règlement de comptes lié au trafic de drogue, ils semblent en effet privilégier celle d’un affrontement entre bandes rivales.

Mais « ce n’est pas aussi schématique qu’on peut le penser car les bandes sont protéiformes et il y a des dissensions internes à chacune », a expliqué à l’AFP une source policière.

En hommage à Fossar, une marche blanche aura lieu samedi après-midi à Aubervilliers, précédée vendredi d’une cérémonie à la mosquée. Sa famille a lancé un appel aux dons pour financer l’enterrement au Sénégal, où il sera inhumé aux côtés de son père, décédé il y a un an.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous