Des acteurs de la restauration s’unissent contre le gaspillage alimentaire

logo AFP

Sodexo, Mc Cain, PepsiCo, Unilever, WWF ou encore Ardo ont annoncé jeudi s’être unis en association afin de lutter ensemble contre le gaspillage alimentaire, via des actions « concrètes » en Europe tout au long de la chaîne des services de restauration.

« Nous sommes partis du constat que le gaspillage alimentaire constitu(ait) un problème majeur dans tous les pays, avec un tiers de la nourriture produite gaspillée, qu’il faut des actions concrètes après tous les rapports qui ont été faits et qu’il n’y a pas d’organisation qui mette autour de la table l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur », a expliqué Damien Verdier, président de l’association International Food Waste Coalition récemment créée, et directeur Stratégies, recherche et Innovation chez Sodexo.

Le gaspillage alimentaire « démarre à la production des produits alimentaires au moment de la récolte des pommes de terre par exemple et jusqu’à l’assiette des enfants qu’on nourrit à l’école », poursuit M. Verdier, assurant qu’on est « plus efficaces tous ensemble que chacun dans notre coin ».

« On s’est tous mis d’accord sur le fait que cette coalition d(evait) être basée sur des choses très concrètes, quotidiennes », précise-t-il.

« On veut revaloriser l’alimentation car à partir du moment où on ne voit plus la valeur de l’alimentation, on commence à la gaspiller », a souligné de son côté François Tasmowski, directeur Développement durable et communication Europe chez McCain Foods.

La coalition prévoit une série d’actions dans trois pays européens dès janvier, le Royaume-Uni, l’Italie et la France, qui concerneront en particulier la restauration scolaire, « en regardant ce qui est jeté par les enfants, pas consommé » et « en descendant dans la chaîne de services sur des questions de portions, de packaging, de recettes, d’équilibre de menus, pour diminuer le gaspillage », a ajouté M. Verdier.

Selon lui, « les enfants sont très à l’écoute de ses sujets-là. Mais il faut qu’on puisse mener les travaux avec l’accord de nos clients (les cantines scolaires, ndlr), les cuisiniers, le corps enseignant et les parents ».

Si « on prend l’exemple des écoles, les aliments le plus gaspillés sur le plateau des élèves sont les légumes et les pommes de terre. Donc allons plus loin pour savoir pourquoi, peut-on peut être réfléchir à d’autres types de pommes de terre, en terme de cuisson pour optimiser l’expérience de plaisir pour qu’il n’y ait plus de gaspillage ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous