Réforme du collège: les opposants appellent à bloquer sa mise en place

logo AFP

Les syndicats hostiles à la réforme du collège prévue pour la rentrée 2016 appellent les enseignants à bloquer sa mise en place, en refusant de participer aux formations et par des initiatives locales dont la grève, indiquent-ils mercredi dans un communiqué.

Cet appel intervient quatre jours après une manifestation nationale à Paris à l’appel d’une intersyndicale qui réunit une douzaine d’organisations dont le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire et le Snalc, classé à droite. Le cortège avait rassemblé samedi un peu plus de 8.000 personnes selon la police, deux fois plus selon le Snes.

L’intersyndicale appelle les enseignants « à organiser le refus collectif de s’impliquer dans les formations-formatages proposées pendant les congés d’automne comme à la rentrée, à refuser toute anticipation de la réforme, à développer toutes les initiatives locales propres à bloquer sa mise en place », précise le communiqué.

« Des préavis de grève quotidiens seront déposés dès la rentrée des congés », ajoute-t-il.

Les organisations se réuniront le 3 novembre pour décider « en lien avec la profession, des prochaines modalités d’action nationale ».

Parmi les points phares de la réforme du collège figurent plus d’interdisciplinarité (cours mêlant par exemple français et histoire), une autonomie accrue des établissements, une deuxième langue vivante dès la cinquième et un accompagnement personnalisé pour tous les élèves. Mais aussi la disparition d’une grande partie des classes bilangues (où deux langues étrangères sont enseignées dès la sixième), la fin des options latin-grec remplacées par des modules langues et culture de l’Antiquité…

Autant de mesures destinées selon le gouvernement à « rebooster » le collège et à améliorer l’égalité des chances, point faible du système français d’après les études internationales.

La réforme a réuni dès le printemps contre elle une coalition hétéroclite de syndicats, politiques de droite mais aussi de gauche, et intellectuels. Trois journées de grève en mai, juin et septembre ont été diversement suivies.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous