Marseille: relaxe de cinq religieuses jugées pour escroquerie

logo AFP

Cinq religieuses qui comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Marseille pour escroquerie ont été relaxées mercredi.

« L’infraction d’escroquerie n’est pas caractérisée », a indiqué le tribunal aux prévenues, membres de la congrégation des Dominicaines du Saint-Nom-de-Jésus.

« Nous ne sommes pas très douées, ce n’est pas notre vocation première de s’occuper des affaires et de gérer des associations », avaient déclaré les cinq religieuses lors de l’audience.

Elles avaient été renvoyées devant le tribunal après les plaintes de membres de l’Association d’Enseignement Libre et d’Education (AELE), copropriétaire avec leur congrégation du cours Saint-Thomas-d’Aquin, vaste établissement scolaire du centre-ville de Marseille, récemment fermé.

En juillet 2012, les religieuses avaient établi de faux procès-verbaux d’assemblées générales de l’AELE, évinçant certains membres très anciens.

L’ancienne secrétaire de L’AELE avait porté plainte estimant avoir été évincée de l’association gérant l’établissement, et pour lequel les soeurs avaient signé, en 2012, un compromis de vente pour 3,9 millions d’euros au bénéfice d’un promoteur immobilier. Le classement de l’établissement à l’inventaire des monuments historiques a interrompu cette cession.

A l’audience du 16 septembre, la procureur avait requis la relaxe, relevant l’absence d’intention délictuelle.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous