Gironde: des haies pour protéger des sites « sensibles » des épandages dans les vignes

logo AFP

La communauté de communes de Bourg-en-Gironde et le syndicat viticole des Côtes de Bourg vont planter 1.200 mètres linéaires de haies autour de sites « sensibles » (écoles, crèches, etc.) pour les protéger des pesticides lors des traitements de la vigne, ont-ils indiqué mercredi à l’AFP.

Cette décision a été prise après un épandage de produits fongicides sur une parcelle située en bordure de l’école de Villeneuve-de-Blaye qui avait, en mai 2014, provoqué des malaises et irritations chez 23 enfants et leur institutrice, présents dans l’établissement lors du traitement.

L’enquête administrative menée par la préfecture de la Gironde avait conclu que « les produits mis en oeuvre sont des produits autorisés, régulièrement utilisés contre l’oïdium et le mildiou » (les deux principales maladies de la vigne) et à l’absence de « manquement aux obligations réglementaires ». Mais elle a aussi estimé que « l’épandage des produits à proximité de l’école s’est déroulé dans des conditions inappropriées, sans qu’aient été prises toutes les précautions pour le voisinage ». En l’occurrence, la force du vent était supérieure à la norme autorisée pour un épandage.

La communauté de communes et le syndicat viticole ont effectué un relevé cadastral des 24 sites dits « sensibles » (écoles, crèches, terrains de sports, etc.) à proximité de parcelles de vignes, qui seront isolés par une barrière naturelle de « plantes fructifères et mellifères ».

Ces haies, qui arriveront d’ici trois ans à une hauteur suffisante pour jouer leur rôle de barrière protectrice, seront plantées à partir de décembre.

Par ailleurs, des « chartes de bon voisinage » ont été signées entre les 26 viticulteurs concernés et la communauté de communes pour une meilleure communication sur les dates et types d’activités prévues par les uns et les autres.

Une étude initiée en 2013 et menée par l’Institut de veille sanitaire (InVS) sur plusieurs générations d’écoliers de Preignac, commune viticole en appellation Sauternes (sud de Bordeaux), a recommandé la mise en place de mesures « visant à diminuer dans la commune l’exposition aux pesticides », leur contribution aux risques de cancers ne pouvant « être exclue ».

Rendue publique cet été, l’étude épidémiologique n’avait toutefois pas établi de lien formel entre cancers et exposition aux pesticides.

Une militante anti-pesticides a lancé une pétition nationale pour demander « le traitement de toutes les zones agricoles situées le long des écoles et des infrastructures sportives et culturelles uniquement avec des produits homologués pour l’agriculture biologique, et en dehors de la présence des enfants ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous