Agression d’une professeur à Châlons-en-Champagne : un lycéen hospitalisé en psychiatrie

logo AFP

Un lycéen de 15 ans qui avait tiré lundi à Châlons-en-Champagne sur une professeur avec un pistolet à billes en criant « Allahou Akbar » a été hospitalisé d’office en unité psychiatrique, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Le jeune homme, qui avait été placé en garde à vue lundi après son interpellation par les policiers, a été examiné mardi matin par un psychiatre qui a décidé de son placement en hôpital psychiatrique, a indiqué le parquet de Châlons-en-Champagne.

« Cela ne signifie pas qu’il n’est pas pénalement responsable mais qu’il a besoin de soins », a précisé à l’AFP Christian de Rocquigny, le procureur de Châlons.

Lundi le lycéen scolarisé au lycée technique Oehmichen était entré dans l’établissement en possession d’un pistolet à billes, d’une grenade « airsoft » à très faible puissance et d’un couteau, avec l’intention de tuer sa professeur de français avec qui il avait un différend.

Selon les enquêteurs, il avait un plan depuis une semaine qui consistait à la poignarder sa professeur, puis à voler sous la menace la voiture de sa professeur de physique pour se précipiter sur la gendarmerie afin de mourir en martyr.

Le jeune homme qui a changé d’avis au dernier moment, selon le procureur, a tiré plusieurs billes sur l’enseignante de physique, la blessant légèrement à la main, avant d’appeler lui-même les policiers qui l’ont interpellé sans difficulté puis placé en garde à vue.

La procédure judiciaire le concernant a été suspendue le temps de l’évaluation psychiatrique, a-t-on indiqué au parquet.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous