La 26e Semaine du goût met l’accent sur le gaspillage alimentaire

logo AFP

La 26e édition de la Semaine du goût, qui défend « le mieux-manger », s’engage cette année dans la lutte contre le gaspillage alimentaire, tout en conservant les « ateliers » et « leçons » de goût qui ont fait sa popularité depuis un quart de siècle.

Du 12 au 18 octobre, des « tables du goût » seront organisées pour sensibiliser au gaspillage alimentaire. Un cahier des charges a été élaboré par l’élu (divers droite) de Courbevoie Arash Derambarsh, grand militant de la cause anti-gaspillage. Les chefs qui organisent ces tables du goût devront n’acheter que des produits entiers (poissons, volailles, fruits et légumes), utiliser toutes les parties, privilégier le bio, ne mettre qu’un menu à la carte, etc.

Selon la FAO, le gaspillage alimentaire dans les pays industrialisés représente 222 millions de tonnes par an, soit presque l’équivalent de la production alimentaire nette de l’Afrique sub-saharienne (230 M tonnes/an), rappellent les organisateurs de la Semaine du goût.

La quantité de nourriture jetée par les producteurs, distributeurs et consommateurs des pays dits « riches » pourrait nourrir 7 fois la population souffrant de faim dans le monde, soulignent-ils.

L’autre thématique de ces « tables du goût » sera cette année la vanille, mise en valeur dans les mets sucrés ou salés, en utilisant tous les types de vanille du monde.

Les « leçons de goût » dans les classes, qui ont permis à ce jour à 5 millions d’enfants de s’initier à des saveurs nouvelles, seront proposées comme tous les ans, mais avec pour la première fois une déclinaison en vidéo pour les classes inscrites sur le site Legoût.com.

Autre temps fort, la Rencontre nationale des chefs de demain, avec près de 500 futures toques, sera dédiée cette année à la cuisine « responsable et raisonnée », en adéquation avec la Conférence sur le climat à Paris en décembre. Le lycée hôtelier Guillaume Tirel à Paris accueillera le 16 octobre cette rencontre.

Dans le cadre de l’opération « Chef sur le campus », l’université Paris Dauphine accueillera également le 16 octobre le chef japonais Kimio Nonaga du restaurant Nihonbashi Yukari, qui animera un show culinaire avec une recette à la portée des bourses étudiantes. Le Japon est d’ailleurs à l’honneur pour la cinquième année consécutive de la Semaine du goût, avec une délégation de grands chefs japonais.

Pour le grand public, les « ateliers du goût » sont organisés sur des marchés, dans des collectivités locales, des associations, des musées, ou chez de simples particuliers passionnés.

Lancée en 1990, la Semaine du goût veut donner « l’occasion aux professionnels et au grand public de se retrouver pour s’initier au goût et aux richesses du patrimoine culinaire français ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous