Toulouse: des syndicats dénoncent un potentiel « fichage » des professeurs par le rectorat

logo AFP

Deux syndicats ont dénoncé mercredi un potentiel « classement » voire « fichage » des professeurs par le rectorat de Toulouse en fonction de leur opinion sur la réforme des collèges, un terme contesté par le rectorat qui a cependant reconnu une « faute » de la part d’un inspecteur.

Les responsables locaux du SNES-FSU, premier syndicat du secondaire, et du SNALC-FGAF, minoritaire et classé à droite, ont relevé des propos tenus dans un article de l’Agence Education Formation (AEF) daté du 29 septembre.

Le texte traitait d’une réunion du personnel académique relative à la formation des enseignants à la réforme des collèges, qui doit s’appliquer à la rentrée 2016 et qui est contestée par une partie des syndicats.

Il y est fait mention d’un « outil de pré-repérage pour détecter les établissements dans lesquels la formation prévue dans le cadre de la réforme du collège s’annonce +complexe+ ».

Les chefs d’établissement sont notamment invités à estimer, de façon anonyme, si leurs enseignants « font partie du groupe des +opposants, rebelles, hostiles, irréductibles+, du groupe des +attentistes, passifs, indifférents, indécis+ ou du groupe des +progressistes, proactifs, convaincus, avocats ou relais+ », explique un inspecteur cité dans l’article.

« Il s’agit ni plus ni moins que de ficher les opposants à la réforme », s’est indigné Jean-Christophe Deydier, secrétaire académique du SNALC Midi-Pyrénées.

« On voit là une nouvelle preuve dans l’académie de Toulouse d’un dialogue social malmené et d’une volonté de faire passer à tout prix cette réforme », a-t-il poursuivi.

« C’est totalement inacceptable », a jugé Christophe Manibal, secrétaire du SNES en Haute-Garonne. « Au-delà du fait que c’est un aveu de fébrilité du rectorat et donc à mon avis du ministère lui-même vis-à-vis de la réforme, c’est une remise en cause de l’indépendance du fonctionnaire », a-t-il ajouté.

Le rectorat s’est défendu de ces accusations dans un communiqué mercredi soir. « S’il n’était pas question de fichage – contrairement à ce que certaines allégations ont pu laisser entendre – il n’en demeure pas moins que [le document présenté lors de la réunion] est contraire à l’esprit du plan de formation mis en place dans l’académie de Toulouse », peut-on lire dans le communiqué.

« Dès lors qu’elle en a eu connaissance, la rectrice a convoqué l’inspecteur qui a commis cette faute afin d’en tirer toutes les conséquences », précise le rectorat, qui ajoute: « Le plan de formation académique repose sur la confiance aux établissements et aux personnels éducatifs. »

Le 17 septembre, un tiers des professeurs de collège ont fait grève contre la réforme selon les syndicats, moitié moins selon le ministère. Une manifestation nationale est prévue à Paris samedi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous