Mayotte: Reprise de la grève des fonctionnaires pour l’ indexation des salaires

logo AFP

Les fonctionnaires de Mayotte, principalement les enseignants et les agents de l’ éducation nationale, ont poursuivi mercredi la grève illimitée déclenchée mardi pour réclamer l’ indexation des salaires se référant aux taux pratiqués dans les autres départements d’ outre mer ainsi qu’ aux indices des prix.

Ils étaient plus de 400, selon les syndicats Snuipp, Snes, Fsu, CGT Education à battre le pavé de Mamoudzou avant de se rendre au vice-rectorat dont ils ont bloqué les accès.

Les représentants syndicaux dénoncent le non respect par le gouvernement des engagements pris en 2013 concernant le dispositif indemnitaire des fonctionnaires de l’île.

« Le gouvernement a imposé en 2013 les nouveaux décrets fixant le taux d’indexation à 40% à Mayotte…. Nous (…) réclamions au minimum un taux de 53%. Le gouvernement s’était engagé à réunir les syndicats en 2015 et parallèlement à faire effectuer une enquête par l’Insee pour comparer les prix entre Mayotte, La Réunion et la métropole. Le 29 septembre dernier, nous nous sommes rendus à Paris (…) Le gouvernement ne nous a présenté aucun rapport de l’Insee mais nous a fixé un nouveau rendez- vous à l’automne 2017 », a déclaré à l’AFP, Rivomalala Rakotondravelo, secrétaire départemental du SNUipp-FSU.

Les représentants syndicaux ont rencontré le secrétaire général du vice rectorat à qui ils ont refait un point précis des revendications à transmettre à Paris.

« Si le gouvernement ne veut rien entendre, nous relancerons un grand mouvement social unitaire public et privé après les vacances scolaires », a déclaré Thierry Wuillez , co-secrétaire SNES et co-secrétaire FSU.

La grève se poursuivra jeudi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous