Fin du menu sans porc: le nouveau recours contre la mairie de Chalon-sur-Saône examiné le 19 octobre

logo AFP

Un nouveau recours visant à faire annuler la suppression du menu sans porc dans les cantines de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) a été déposé devant le tribunal administratif de Dijon, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Saisi vendredi en référé par la Ligue de défense judiciaire des musulmans, association présidée par l’avocat controversé Me Karim Achoui, le tribunal administratif examinera l’affaire le 19 octobre à 14H, selon la même source.

Le conseil municipal de Chalon-sur-Saône a voté le 29 septembre à une large majorité une délibération mettant fin à la distribution de menus de substitution au porc dans les restaurants scolaires. Une telle pratique avait cours dans cette commune depuis 1984.

Le maire Les Républicains Gilles Platret, dont la décision annoncée dès mars dernier avait déclenché une vive polémique, y compris dans son propre camp, estime que « la mention +avec+ ou +sans porc+ faisait entrer des considérations religieuses dans des lieux où elles n’avaient pas leur place ».

L’édile a déclaré devant le conseil municipal vouloir « revenir à la neutralité de l’organisation du service public de la restauration scolaire ».

La Ligue de défense judiciaire des musulmans avait intenté un premier recours en référé-suspension devant la justice administrative durant l’été, dénonçant une atteinte du « droit au respect de la liberté de culte et de conscience » des enfants. Le tribunal avait alors débouté l’association au motif que la condition d’urgence n’était « pas remplie », aucun repas contenant du porc ne devant être servi avant le 15 octobre.

M. Platret s’était alors félicité sur Twitter d’une « première victoire pour la laïcité ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous