Il la poursuit pour outrage: le procès opposant le maire FN de Beaucaire à une enseignante renvoyé

logo AFP

Le tribunal correctionnel de Nîmes, qui devait examiner mercredi la plainte pour outrage à personne dépositaire de l’autorité publique déposée par le maire FN de Beaucaire, Julien Sanchez, contre une enseignante, a renvoyé l’audience au 27 janvier.

Sylvie Josserand, l’avocate de Julien Sanchez, qui reproche à une syndicaliste d’avoir qualifié son parti de « raciste et xénophobe », a sollicité un renvoi de l’affaire en raison de pièces communiquées tardivement par la partie adverse.

Le conseil de l’enseignante, Eve Soulier, a quant à elle indiqué avoir attendu la décision du tribunal correctionnel qui a condamné le maire de Beaucaire à 1.500 euros d’amende le 22 septembre pour avoir injurié sa cliente, « pour finaliser ses conclusions ».

M. Sanchez a fait appel de cette condamnation, qui prévoit également le versement de 1.000 euros aux quatre parties civiles, l’enseignante et trois émanations de son syndicat.

Un incident survenu à l’été 2014 dans un lycée de Beaucaire est à l’origine de cette affaire: des membres du conseil d’administration de l’établissement scolaire avaient refusé de saluer le maire FN puis quitté la pièce.

M. Sanchez avait alors évoqué dans un communiqué « quelques syndicalistes sans éducation, privilégiés, aigris et sectaires », « dont le comportement n’a rien à envier à celui de racailles ».

A l’audience le 25 juin, M. Sanchez avait estimé que ces propos, qu’il avait attribués à un « texte collectif », n’étaient pas « choquants », dans la mesure où il s’était senti « insulté » par ces professeurs qui avaient qualifié son parti de « raciste et xénophobe ».

C’est d’ailleurs pour ces propos qu’il a à son tour déposé plainte pour outrage à personne dépositaire de l’autorité publique contre la même enseignante.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous