Après Charlie, 63% des collégiens des quartiers populaires en colère ou tristes (enquête)

logo AFP

Les deux tiers des collégiens des quartiers populaires se sont sentis en colère ou tristes après les attentats de janvier à Paris, selon le baromètre annuel Trajectoires/Afev publié mercredi à l’occasion de la 8e Journée du refus de l’échec scolaire.

L’Association de la fondation étudiante pour la ville (Afev), qui lutte contre le décrochage et apporte du soutien scolaire à des milliers d’élèves des quartiers populaires, prend chaque année le pouls de leur rapport à l’école. Pour cette édition, elle s’est penchée sur leur relation à la citoyenneté une fois passé le choc des attentats, alors que des incidents lors des minutes de silence avaient suscité des polémiques.

Selon cette enquête réalisée en mai-juin 2015 auprès de 653 collégiens de quartiers prioritaires, 34% se sont dits en colère contre les terroristes après l’attentat à Charlie Hebdo et 29% ont éprouvé de la tristesse. A noter qu’un tiers « manifestent une certaine distance avec les enjeux citoyens liés à ces événements », avec 13% de répondants en colère contre les caricaturistes, 17% indifférents et 7% de réponse « autre ».

Interrogés sur le sens qu’ils donnent à la citoyenneté, 25% ont répondu « pouvoir exprimer ses idées librement », 18% l’ont associée à l’acte de voter, 17% ont évoqué « faire des actions concrètes qui aident les autres », 15% « agir pour modifier les choses », 13% « se faire un point de vue sur les choses », 11% « ne savent pas trop ».

Concernant la laïcité, 42% estiment qu’elle signifie « accepter toutes les religions », 30% que c’est « le droit de ne pas croire », 13% ne savent pas ce que c’est, pour 9% elle implique de « refuser toutes les religions »…

Si les trois quarts disent que leurs enseignants leur parlent de citoyenneté, cet apprentissage se fait plus facilement dans la sphère privée.

La moitié (51%) des collégiens estiment qu’ils peuvent facilement exprimer leurs idées et dire ce qu’ils pensent au collège, proportion qui s’élève à 90% avec leurs amis et autant dans leurs familles.

Plus généralement, 91% se sentent bien ou très bien au collège, 87% parce qu’ils y ont des amis. Un cinquième font confiance à l’ensemble de leurs professeurs, deux tiers à quelques professeurs, mais 45% n’auraient personne à qui se confier en cas de problèmes au collège.

S’ils pouvaient changer quelque chose dans leur établissement, ils citent d’abord la relation aux adultes et à l’autorité (22%).

Pour une bonne moitié (54%) il n’y a pas assez d’intervenants extérieurs dans leur collège: 71% apprécieraient des intervenants de clubs sportifs, 30% artistiques, 27% des entreprises, 24% des associations d’accompagnement à la scolarité.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous