Cambriolage chez un lycéen qui avait rendu hommage à Charlie: 2 jeunes en garde à vue

logo AFP

Deux jeunes de 18 ans ont été placés en garde à vue jeudi à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne) à la suite du cambriolage de l’appartement d’un lycéen menacé depuis qu’il a rendu hommage dans le journal de son établissement aux victimes des attentats de janvier, selon une source policière qui a confirmé vendredi une information de RTL

Le domicile des parents de Louis Pasquier, rédacteur en chef du journal lycéen « La Mouette bâillonnée » a été cambriolé mercredi à Joinville-Le-Pont (val-de-Marne), selon cette source.

« Une affiche relative à Charlie Hebdo a été dégradée, un journal a été retrouvé brûlé et des tiroirs ont été ouverts dans une pièce », a précisé une autre source policière.

Deux jeunes de 18 ans, habitant Joinville-Le-Pont et inconnus des services de police, ont été interpellés à proximité de l’appartement. Ils étaient en possession de pièces de monnaie, de billets en dollars et en baht, la monnaie thaïlandaise, et de briquets qui « pouvaient appartenir à la victime », selon une source policière.

L’un des deux fréquente le même lycée que Louis Pasquier, élève de terminale, qui reçoit « des menaces de mort et des munitions dans sa boîte aux lettres » depuis qu’il a fait paraître le 22 janvier un numéro spécial du journal de son établissement, en soutien aux victimes des attentats de janvier, a expliqué une source policière.

Dès le lendemain de la diffusion, il avait découvert dans la boîte aux lettres du journal une enveloppe contenant la Une du fameux numéro sur laquelle avaient été agrafés une croix gammée, un cercueil et une lettre de menace de mort.

Les deux jeunes étaient toujours en garde à vue vendredi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous