Hollande fixe l’objectif d’amener 60% d’une classe d’âge dans l’enseignement supérieur

logo AFP

François Hollande a élevé jeudi au rang d' »objectif de la nation » le fait d’amener 60% d’une classe d’âge dans l’enseignement supérieur, faisant sien un chiffre proposé par un récent rapport.

La « stratégie » du gouvernement « est soutenue par un objectif majeur que je prends pour ce qui me concerne comme un objectif qui doit être celui de la Nation: amener 60% d’une classe d’âge à un niveau d’enseignement supérieur », a déclaré le chef de l’Etat à l’occasion de la rentrée universitaire.

François Hollande, qui s’exprimait devant un amphithéâtre de quelques centaines d’étudiants et d’enseignants de l’Université Paris Sud à Saclay (Essonne), a précisé que la moitié d’entre eux devaient parvenir au niveau de la licence et 25% au niveau du Master.

A ceux qui s’interrogent sur la réalisation de cet objectif, François Hollande a rappelé que François Mitterrand « avait parlé de 80% d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat ».

« Ca a pris plus de dix ans mais ça s’est fait », a-t-il relevé.

D’entrée, le président Hollande a souligné que « la France a besoin d’universités fortes, d’un système d’enseignement supérieur brillant », y voyant « un enjeu décisif dans le cadre de la mondialisation » et une nouvelle illustration de la « priorité de (son) quinquennat », la jeunesse.

L’objectif de porter 60% d’une classe d’âge au niveau de l’enseignement supérieur figure dans le rapport du comité StraNES (Stratégie nationale de l’enseignement supérieur) remis à François Hollande début 8 septembre et portant sur un horizon à 10 ans.

« J’attends que les ministres reprennent les conclusions de ce rapport et en fassent la traduction dans une langue financière et administrative », a souligné le chef de l’Etat sans toutefois formuler d’autre engagement que la « sanctuarisation » du budget de l’enseignement supérieur.

« Pour des raisons démographiques mais aussi de volonté politique, il y a de plus en plus d’étudiants dans notre pays », 150.000 de plus « rien que sur ces trois dernières années » soit l’équivalent de « sept à huit universités supplémentaires », a-t-il encore noté.

Il s’agit ainsi selon lui d’allier « l’accueil quantitatif » et « la démocratisation » de l’enseignement supérieur à « l’excellence ».

Pour autant, s’est-il félicité, « s’il y a de plus en plus de jeunes (dans l’enseignement supérieur), c’est que les jeunes font confiance à l’université, aux grandes écoles ».

Evoquant les réfugiés d’Irak et de Syrie, le chef de l’Etat a souligné qu’il était du « devoir » de la France d’offrir à ceux qui étaient étudiants la possibilité de retourner sur les bancs de l’université en France.

Mais François Hollande a également dressé le bilan de l’action du gouvernement en faveur de l’enseignement supérieur, évoquant les droit d’inscription qui n’augmenteront pas cette année pour « la première fois depuis des années », la prime d’activité pour les étudiants salariés ou « la révolution numérique ».

L’Université Paris-Saclay regroupe 19 établissements: deux universités, dix grandes écoles dont Polytechnique et sept organismes de recherche.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous