Burkina Faso: le Quai d’Orsay appelle les Français à Ouagadougou à rester chez eux

logo AFP

Le ministère des Affaires étrangères a appelé jeudi les Français résidant dans la capitale du Burkina Faso à « rester confinés à leur domicile », dans un avis de sa rubrique Conseil aux voyageurs sur son site internet.

« Des troubles importants se déroulent en ce moment à Ouagadougou. Il est recommandé aux Français présents à Ouagadougou de rester confinés à leur domicile », indique le site qui conseille aussi « aux voyageurs de reporter tout projet de voyage au Burkina Faso ».

Sur son site internet, l’ambassade de France à Ouagadougou a par ailleurs annoncé « la fermeture, pour la journée de jeudi, des établissements scolaires français » dans la capitale et à Bobo Dioulasso, la deuxième ville du pays.

Le nombre de Français recensés au Burkina est de 3.500 personnes, dont 92% d’expatriés, et qui vivent pour la plupart dans la capitale, selon le ministère des Affaires étrangères. De nombreux Français se rendent également chaque année au Burkina, destination privilégiée pour les associations et ONGs.

Des militaires de la garde présidentielle au Burkina Faso, qui retiennent en otages le président et le gouvernement, ont annoncé jeudi avoir dissous les institutions du pays, tirant en l’air à Ouagadougou pour disperser des manifestants qui dénonçaient ce coup d’Etat.

Dans le cadre de son opération Barkhane au Sahel contre les jihadistes, mobilisant 3.500 militaires dans cinq pays, la France dispose de 220 soldats des forces spéciales françaises à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, une ancienne colonie française.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous