Narbonne: procès d’un militant FN qui avait contesté des cours d’histoire

logo AFP

Un jeune responsable du Front national comparaîtra jeudi pour « dénonciation calomnieuse » devant le tribunal correctionnel de Narbonne (Aude), après avoir contesté la présentation du FN faite en cours par un professeur d’histoire, membre de la CGT.

L’affaire remonte à mai 2011 quand Loïc Bouzat, alors secrétaire FN de la jeunesse de l’Aude, avait écrit au proviseur d’un lycée de Narbonne pour dénoncer des propos d’un professeur d’histoire qu’il jugeait « diffamants et insultants à l’égard du Front National », en mettant en cause « l’obligation de neutralité » de l’enseignant, selon le courrier.

Le professeur, Xavier Verdejo, a dit à l’AFP avoir « parlé dans le programme de terminale » du poujadisme, de l’élection de Jean-Marie Le Pen comme député, de la création et de la montée du Front national jusqu’au « choc du 21 avril » 2002 qui avait vu l’accession de l’ancien président frontiste au second tour de la présidentielle.

Ce responsable de la CGT, qui se présente comme un historien de la classe ouvrière, avait aussi rappelé comment Jean-Marie Le Pen avait déclaré que « les chambres à gaz étaient un détail » de la Seconde guerre mondiale et indiqué que le fondateur du FN était « accusé d’avoir torturé en Algérie », a ajouté M. Verdejo, 61 ans, qui s’est constitué partie civile.

A la suite de la plainte de l’enseignant, le parquet s’est saisi du dossier et décidé de poursuivre pour « dénonciation calomnieuse » le militant FN, dont la compagne d’alors était dans la classe du professeur d’histoire.

L’avocat du Front, David Dassa-Le-Deist, qui défend M. Bouzat, a contesté « le côté surdimensionné que certains ont cherché à donner à ce dossier ».

La lettre de M. Bouzat dénonce « amalgames » et « confusions » ainsi qu’une « propagande politique » de la part de l’enseignant, en contradiction avec l' »obligation de neutralité due à son métier ».

Le jeune militant du FN, alors âgé de 20 ans, « a agi en toute bonne foi », a déclaré son avocat à l’AFP. « On peut lui reprocher peut-être d’avoir été un peu vite mais certainement pas avec l’intention de nuire et de toucher quelqu’un par l’infamie de la calomnie », a-t-il ajouté.

L’avocat parisien s’efforcera jeudi de démontrer que « l’infraction n’est pas caractérisée ». Le code pénal prévoit au maximum une peine de 5 ans d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende.

La CGT de l’Aude a appelé à un rassemblement devant le tribunal de Narbonne, peu avant le procès qui s’ouvre à 14H00.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous