Hausse du point d’indice : les fonctionnaires ne veulent pas attendre le dégel !

Jack Koch

La masse salariale de l'Etat coûte trop cher, selon la Cour des Comptes. Voilà qui risque de jeter un froid chez les fonctionnaires, déjà échaudés par le gel de leur point d'indice...

Hausse du point d’indice : les fonctionnaires ne veulent pas attendre le dégel !

278 milliards d’euros : c’est, selon la Cour des Comptes, le coût annuel de la masse salariale de l’Etat.

Une dépense trop élevée, pour la juridiction, qui propose dans un rapport intitulé La masse salariale de l’Etat : enjeux et leviers, une série de mesures destinées à faire des économies. En effet, le projet de révision des grilles salariales des fonctionnaires, actuellement à l’étude au ministère de la Fonction publique, engendrera, s’il est signé, un coût de près de 5 milliards d’euros par an d’ici 2020.

Pour supporter cette dépense, la Cour préconise notamment d’augmenter le temps de travail de certains personnels travaillant moins de 35 h. Elle souligne d’ailleurs que de nombreux fonctionnaires, dont les enseignants, ne sont pas soumis à cette durée de travail.

Une proposition qui ne devrait pas enchanter les personnels de la Fonction publique, et particulièrement les professeurs, déjà affectés par le gel de leur point d’indice depuis 5 ans, et mitigés devant le projet de revalorisation salariale du gouvernement. Certains syndicats enseignants saluent l’idée, mais ils estiment que la proposition est « insuffisante ». « Nous allons pousser pour que la valeur du point d’indice (qui sert de base au calcul des salaires) soit relevée, afin de renforcer le pouvoir d’achats des enseignants« , assurait en juillet dernier Frédérique Rolet, secrétaire nationale du Snes-FSU.

2 commentaires sur "Hausse du point d’indice : les fonctionnaires ne veulent pas attendre le dégel !"

  1. VAN BOXSOM  18 septembre 2015 à 14 h 43 min

    baisser le salaire des hauts fonctionnaires, voilà une solution jamais abordée !
    Et si nos chers (au propre et au figuré) ministres et nos sénateurs acceptaient de « donner l’exemple » en diminuant leurs salaires de 10%, cela couvrirait aisément l’augmentation du point d’indice !
    On peut rêver… 😉Signaler un abus

    Répondre
  2. Chris  19 septembre 2015 à 10 h 13 min

    Il faudrait revoir aussi le système qui fait que plus on est vieux dans la profession plus on gagne! En effet, ce n’est pas parce que l’on a 30 ans de boite que l’on reste compétent. Certes, cela serait une réforme dur à faire car si le pouvoir des salaires est mis dans les mains des chefs d’établissement, nature humaine oblige, il y aura des léchages de postérieurs de certains pour gagner plus. Les inspecteurs devraient aussi cesser d’inspecter une fois toutes les dix ans sur une heure. Comment avoir une bonne vision de la qualité de l’enseignement dans ces conditions et devraient être plus des conseillers pédagogiques que l’on verrait plus souvent. Pour la formation, elle devrait être plus performante, moins flatter les égos des formateurs ou être moins basée sur l’expérience empirique de ceux-ci.

    Il faut revoir la paie et le nombre d’heure en fonction du poste. Un agrégé qui fait un travail de certifié, devrait gagner la même chose que lui et ne pas faire 3h de moins tout en ayant ses heures sup payées plus chères. En effet, comme dans le privé, si on a un master 2 et que l’on travaille dans une chaine de restauration rapide ou dans à faire la plonge, on ne sera pas payé au niveau du master.

    Personnellement, je serais pour que le professeur fasse ses heures dans l’établissement. J’en ai marre depuis que je suis prof à mes 40 ans d’entendre les gens dire que les profs ne font rien. 1607 heures de travail annuel sur 36 semaines cela ferait 44h38 de travail. Avant d’être prof, je faisais 70h la semaine en tant que gérant de société, je ne suis pas arrêté par la charge de travail. Prof, il y a les cours à préparer, les corrections à faire, les réunions à suivre ou à subir. Il y a la pression à gérer l’irrespect et l’indiscipline de certains élèves qui apportent une fatigue psychologique. L’informatisation alourdissent les procédures qui prennent plus de temps à faire que sans (remplissage du cahier de texte, lecture des emails etc…). La multiplication des projets pseudo-éducatifs plus ludiques que pédagogiques, projets dans l’illusion de captiver les élèves alors qu’en réalité ils ne sont qu’heureux de manquer des heures de cours, projets pour flatter les carrières ou les égos des chefs d’établissement ou des politiques, projets pour remplir les quotas d’entrées justifiant leurs existences, des musées sur-financés par les collectivités, font que les profs organisent des collectes d’argent sous forme de loto, de pseudo kermesse qui sont chronophages et n’ont pas de rendement pour l’acquisition des connaissances.Bref, les 1607 heures sont faites. Certes, les profs ne sont pas non plus les plus à plaindre niveau salaire dans les fonctionnaires d’État, la fonction hospitalière a des salaires bas compte-tenu des missions. Cependant, si je fais 1607 heures de travail par an, cela fait du 14,50€ par heure de travail. Ce n’est pas non plus énorme. Le manque de considération, le manque de pragmatisme, l’infantilisme et l’angélisme bienveillant, laxiste, politiquement correct face au manque de motivation ou de travail des élèves, tout ceci prônés par la hiérarchie, de la ministre au local, font que la motivation pourrait s’éroder au fil des ans. Bref, je comprends que certains collègues désabusés pratiquent, « le travailler moins pour gagner plus » et dépasser les 15€.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous