Un jeune sur sept part en séjour à l’étranger (étude)

logo AFP

Un jeune sur sept part en séjour à l’étranger, une expérience jugée nécessaire par les deux tiers des Français, mais qui touche très peu les moins diplômés, selon une étude du CREDOC pour le ministère de la Jeunesse publiée mercredi.

14% des jeunes interrogés ont séjourné à l’étranger dans les cinq dernières années pour un motif autre que les vacances (études, stage professionnel, stage de fin d’études, emploi, recherche d’emploi, mission professionnelle, bénévolat), une expérience considérée comme nécessaire par 64% des Français, selon cette étude sur la mobilité internationale des jeunes du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CREDOC).

Mais ce chiffre d’un jeune sur sept (plus du double que chez les 30 ans et plus) recouvre des disparités très importantes, en fonction du niveau d’études (20% chez les étudiants, contre seulement 4% parmi les jeunes ayant un diplôme inférieur au bac) et du lieu d’habitation (8% pour les habitants de petites et moyennes agglomérations).

Les principaux bénéfices retirés d’un séjour à l’étranger sont l’apprentissage d’une langue étrangère, pour 54% des sondés, et la rencontre de nouveaux amis et connaissances (30%).

Les principaux freins au départ à l’étranger cités par les moins de 30 ans sont des raisons affectives liées à la famille ou à la vie privée (35%) et le manque de moyens financiers (31%). Chez les moins de 26 ans, la hiérarchie est inversée, et le manque de moyens financiers apparait en tête (32%).

Cette étude a été réalisée auprès d’un échantillon de 2.000 personnes, entre décembre 2014 et janvier 2015.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous