Création d’un syndicat étudiant « souverainiste », la Cocarde

logo AFP

Des anciens du syndicat étudiant UNI (droite) ont créé une nouvelle organisation syndicale, La Cocarde étudiante, « souverainiste et profondément gaulliste » et non affiliée à un parti, ont-ils annoncé vendredi.

Estimant que l’UNI et l’UNEF ne sont que « le prolongement des motions des partis politiques » Les Républicains et PS, les dirigeants de ce nouveau syndicat se présentent comme « un rassemblement indépendant de tous les étudiants patriotes aspirant à la liberté ».

Ils veulent « repolitiser les étudiants » en les incitant à voter lors des élections étudiantes. La Cocarde prône la sélection à l’entrée à l’université, un accroissement de l’autonomie des universités, une hausse du numerus clausus en médecine puisque « le nombre de médecins est insuffisant », obligeant les communes en milieu rural « à faire appel à des médecins étrangers », et une augmentation du budget de la recherche.

Le nouveau syndicat, qui a démarré en mai, compte actuellement quelque 200 adhérents et table sur 400 d’ici la fin du mois, et comprend une quinzaine de sections en France (dont Assas, Sorbonne, Science-Po Paris, la Catho de Lille, Pau, Albi, etc.). Il table sur une montée en puissance d’ici les élections étudiantes au printemps prochain.

Ses adhérents se réclament des Républicains pour 20%, du FN pour 20%, de Debout la France, le parti souverainiste de Nicolas Dupont-Aignan, pour 20%, et les autres sans appartenance, a indiqué son président Maxime Duvauchelle, ancien de l’UNI.

Le mouvement assure ne recevoir aucune subvention d’un parti politique et fonctionner pour le moment sur ses seules cotisations et « des dons privés ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous