Rythmes scolaires: à Lyon, une enquête de satisfaction auprès des élèves

logo AFP

« Le vendredi après-midi, je suis content(e) d’aller aux activités »: c’est l’avis de plus de huit élèves sur dix dans les écoles lyonnaises, selon un échantillon interrogé sur les nouveaux rythmes scolaires en vigueur depuis un an.

Cette étude a été réalisée en juin par le cabinet spécialisé Trajectoires (Groupe Reflex), à la demande de la ville de Lyon et de l’inspection académique du Rhône, auprès de 352 enfants dans 31 établissements – 109 en maternelle et 243 en élémentaire.

Soit une infime partie des 37.000 enfants qui font leur rentrée cette semaine dans les écoles de la ville.

« Les effectifs (interrogés, ndlr) ne permettent pas une représentativité statistique. L’objectif était de mener une enquête exploratoire » pour « recueillir une première photographie du vécu et du bien-être des enfants », souligne l’étude dont l’AFP a eu le détail mardi.

Une dizaine de questions leur ont été posées durant la pause de midi ou les activités périscolaires qui sont regroupées à Lyon le vendredi après-midi: en maternelle, 81% des bambins disent aimer rester à l’école sur ce créneau, même si 27% disent aussi s’y ennuyer.

En élémentaire, la proportion de satisfaits grimpe à 91% pour les activités du vendredi après-midi, avec 15% d’ennui, en particulier chez les CE1-CE2 et plus chez les garçons que chez les filles.

L’étude montre aussi que les enfants ont bien pris leurs repères entre personnels enseignants et encadrants mais se plaignent d’un trop grand bruit durant la pause méridienne, une des pistes d’amélioration cette année avec une meilleure prise en compte des besoins de repos en maternelle.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous