PSA Mulhouse crée une équipe de week-end avec 750 embauches d’intérimaires

logo AFP

L’usine PSA de Mulhouse (Haut-Rhin) va constituer une équipe de travail de week-end en janvier pour faire face à ses surcroîts de production, a-t-on appris mardi auprès de sa direction.

La mise en place de cette équipe entraînera la création de 750 emplois d’intérimaires au long du premier semestre 2016, a précisé la direction.

Installée pour six à sept mois, elle comptera au total 950 postes, le solde étant occupé par des salariés du site qui opéreront une mobilité interne, a-t-on précisé de même source.

Les salariés travailleront 24 heures payées 35, selon une répartition entre le samedi et le dimanche qui sera décidée « en concertation » avec les syndicats d’ici à la fin du mois, a ajouté le porte-parole du site joint par l’AFP.

Les embauches temporaires feront remonter le nombre d’intérimaires, tombé à 550 personnes pour un effectif permanent de 6.350 salariés.

Selon un communiqué de la direction du site, la nouvelle équipe « répond à un surcroît d’activité du fait de la hausse des marchés européens et au succès commercial » des modèles produits à Mulhouse: Peugeot 2008, Citroën C4 et DS 4.

Pour faire face, l’usine avait jusqu’alors multiplié les séances d’heures supplémentaires ces derniers mois. Celles-ci ont permis de produire un surplus de 10.000 voitures depuis avril, a précisé la direction.

De nouvelles hausses de production sont prévues d’ici à la fin d’année, si bien que le site devrait atteindre ou dépasser légèrement la barre des 250.000 véhicules en 2015, a complété le porte-parole.

Les syndicats FO/CFTC/CFE-CGC du site, regroupés en une alliance locale, ont salué positivement la décision. « Cela devrait permettre +aux autres équipes+ de souffler en limitant les heures supplémentaires (…) pour enfin concilier vie de famille et vie professionnelle », ont-ils réagi dans un communiqué commun. Ils ont cependant réclamé la « réouverture des vannes des embauches en CDI (contrat à durée indéterminée) », compte tenu de l' »activité soutenue ».

La section CGT a critiqué une « précarité poussée à son maximum (qui) ferme la porte à toute embauche en CDI ». Selon son porte-parole, Julien Wostyn, le rattrapage de production n’est pas dû à une « prétendue » demande commerciale, mais au fait de devoir compenser la « suppression » récente d’une des deux lignes de montage.

Depuis juin, l’usine de Mulhouse fonctionne selon le « monoflux », qui consiste à concentrer sa fabrication sur une seule ligne, au titre de la politique de compactage des sites décidée par PSA.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous