Chevènement « préférerait qu’on sursoie » à la réforme du collège

logo AFP

L’ancien ministre de l’Education Jean-Pierre Chevènement « préférerait qu’on sursoie à la réforme du collège » qui doit se mettre en place en 2016 mais rencontre l’hostilité des enseignants.

« Franchement je préférerais qu’on sursoie à une réforme qui n’a pas été bien pensée », a déclaré M. Chevènement mardi, jour de la rentrée, sur France 2.

« Le nombre d’heures travaillées a déjà beaucoup diminué dans notre école, or la loi du monde dans lequel nous sommes c’est l’effort », a souligné l’ancien ministre qui a quitté le Mouvement républicain et citoyen (MRC), dont il était président d’honneur, à la mi-juin.

« Nous allons supprimer en fait cinq heures dans les collèges, c’est-à-dire 20% des horaires consacrés à l’apprentissage des disciplines. Moi je ne suis pas ennemi de l’interdisciplinaire, (…) mais avant de faire dans l’interdisciplinaire, il faut bien maîtriser les disciplines », a-t-il poursuivi, exprimant la crainte qu’on aille « vers quelque chose qui sera la négation de l’école publique ».

M. Chevènement estime toutefois que la rentrée de mardi sera bonne. « Il y a peu de réformes en réalité et l’école n’a pas besoin de trop de réformes », a-t-il dit. « L’école a souvent besoin qu’on la laisse tranquille, qu’on ne lui impute pas tout ce qui va mal – le chômage, la délinquance, la montée des communautarismes -, l’école a besoin de stabilité », a-t-il déclaré.

Les organisations hostiles à la réforme des collèges doivent se réunir en intersyndicale ce mardi pour discuter d’une nouvelle grève en septembre et d’une manifestation en octobre, selon le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, qui considère que « le dossier n’est pas clos ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous