La ville de Grenoble investit massivement dans ses écoles

logo AFP

La municipalité (EELV-Parti de Gauche) de Grenoble a annoncé lundi son intention de construire ou d’agrandir six écoles d’ici 2021, pour un total de 50 nouvelles classes, dans le cadre d’un plan d’investissement de 66 millions d’euros.

« C’est la première fois que la Ville investit autant dans ses écoles », a affirmé à l’AFP le maire de Grenoble Éric Piolle.

Lors du mandat précédent, « la Ville a totalement occulté le fait que le nombre d’enfants augmentait (…) Donc, on s’est retrouvé avec des écoles de plus en plus surchargées dans un état de plus en plus déplorable », a expliqué l’élu écologiste.

La ville de Grenoble accueille 200 à 300 nouveaux écoliers chaque année depuis dix ans, selon un dossier de presse diffusé lundi.

Le lancement d’un plan d’investissements dans les écoles était une des principales promesses de l’équipe « rouge-verte-citoyens » élue en mars 2014. Le plan présenté lundi va mobiliser « près de la moitié » des capacités d’investissements de la Ville dans les années à venir.

« C’est colossal », a souligné M. Piolle, en rappelant que la Ville allait perdre 40 millions d’euros en dotations de l’État d’ici à 2017.

Ce plan prévoit la construction de cinq nouvelles écoles, l’agrandissement d’une école existante, la rénovation et l’extension de trois restaurants scolaires et la construction d’un nouveau restaurant scolaire.

Il a été élaboré à l’issue d’une trentaine de réunions publiques et de consultations avec les parents d’élèves, enseignants, habitants, selon la mairie.

« Les bâtiments seront exemplaires: bio-matériaux, écoconstruction, sobriété énergétique, etc », selon la municipalité.

« L’objectif c’est de ne pas avoir des classes surchargées, de ne pas avoir des écoles trop grosses et d’avoir de bonnes conditions de travail », a souligné M. Piolle.

Par ailleurs, la Ville continue à augmenter la part du bio et local dans les cantines scolaires pour atteindre 100% à terme (contre 50% en janvier 2015).

Enfin, elle promet de poursuivre le recrutement d’ATSEM (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles) afin d’atteindre un agent par classe.

Il manque actuellement 18 postes d’ATSEM, selon les syndicats des personnels municipaux, qui ont appelé à la grève mardi 1er septembre, jour de la rentrée. « La majorité municipale assume la dégradation du service public », lancent-ils dans un tract.

« On continue à augmenter le nombre d’ATSEM par classe (…) Ils aimeraient qu’on aille plus vite mais je crois que notre vitesse d’exécution est la bonne », a commenté M. Piolle.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous