En conflit avec le maire de Bagnolet, la compagnie de Pietragalla s’installe à Alfortville

logo AFP

La compagnie de la danseuse Marie-Claude Pietragalla, en conflit avec le maire socialiste de Bagnolet Tony Di Martino, qui souhaitait l’expulser des locaux qu’elle occupe dans cette commune de Seine-Saint-Denis, a annoncé vendredi dans un communiqué son installation à Alfortville (Val-de-Marne).

« Nous poursuivrons ainsi notre travail chorégraphique dans un environnement plus propice à la création », est-il précisé dans le communiqué.

La compagnie occupait depuis cinq ans des locaux attribués par la précédente municipalité communiste moyennant une contrepartie modique.

Mais la nouvelle municipalité socialiste demandait depuis plusieurs mois à l’ancienne danseuse étoile et chorégraphe de libérer le lieu dont elle jouissait, selon elle, « sans droit ni titre depuis près d’un an », pour agrandir une école mitoyenne devenue trop exiguë.

Faisant constater par huissier que les locaux étaient toujours occupés au 1er juillet, la mairie avait annoncé avoir saisi la justice afin de faire expulser la compagnie.

Selon le communiqué transmis vendredi, le tribunal de Bobigny « a rejeté cet été la requête de la mairie ».

« Conforté par cette décision de justice qui constate le caractère abusif de la position de la mairie de Bagnolet, le Théâtre du Corps a décidé de quitter ses locaux sans toucher aucune indemnité de la mairie », précise la compagnie, qui évoque « de vaines et stériles polémiques ».

« Nous souhaitons sincèrement que les enfants de l’école Jules-Ferry n’aient pas été utilisés à d’autres desseins et puissent travailler dans les meilleures conditions dans un futur proche et nous serons d’ailleurs vigilants quant à la suite donnée à l’aménagement de nos anciens locaux », ajoute-t-elle.

La compagnie de Marie-Claude Pietragalla avait affirmé dans un précédent communiqué occuper les locaux en toute légalité.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous