Rentrée scolaire: les achats ont largement commencé, l’heure reste aux économies (études)

logo AFP

Le temps de la cohue dans les magasins le soir de la rentrée scolaire semble révolu: selon trois études, une très large majorité de Français a déjà largement entamé leurs achats de rentrée, anticipant pour trouver les produits au meilleur prix.

Un premier sondage Yougov pour Ma Reduc mené auprès de 1.018 personnes représentatives de la population française les 18 et 19 août, montrait qu’à 15 jours de la date de la rentrée scolaire, 80% des parents avaient déjà acheté une partie des articles de papeterie, livres ou cartables pour leurs enfants.

Une deuxième étude menée par Toluna pour LSA les 23 et 24 août auprès de 2.000 personnes indique que la proportion de Français ayant déjà commencé les achats de fournitures scolaires est de 85,5%, avec près de la moitié d’entre eux (41,6%) déclarant même les avoir déjà terminé.

Enfin un sondage Odoxa auprès d’un échantillon représentatif de 1.000 personnes montre que plus de la moitié des parents d’élèves (51%) ont effectué leurs achats entre juillet et mi-août.

D’après ce sondage, 42% des parents ont choisi de réaliser ces achats entre la mi-août et début septembre, qui correspond à la période des promotions, seuls 7% des sondés ayant prévu de les effectuer après la rentrée.

« Les Français font leurs achats de fournitures scolaires plus tôt qu’auparavant, grâce aux listes des établissements et aux rayonnages de rentrée disponibles dès juillet », note Philippe Guilbert, directeur général de Toluna.

Une étude de l’institut GfK parue fin juillet indiquait que le chiffre d’affaires des achats de rentrée avait augmenté de 1,6% sur les trois premières semaines de juillet, confirmant cette tendance à l’anticipation.

Le traditionnel baromètre de la rentrée scolaire mené par Familles de France a montré que cette année, le coût des achats de rentrée devrait être globalement stable (+0,7%), même si la flambée de certaines fournitures et la flopée de frais annexes devraient au final faire gonfler la facture pour les parents, alors que l’allocation de rentrée (ARS) n’a pas été revalorisée. Pour la Confédération syndicale des familles, le budget moyen consacré à la rentrée scolaire devrait connaitre une hausse de 3,4% par rapport à 2014.

Du coup, l’heure reste aux économies et aux achats malins: selon Toluna, 44,3% des Français ne comptent pas dépenser plus pour cette rentrée que pour celle de l’an dernier, tandis que la proportion de ceux ayant prévu d’augmenter leur budget (42,7%) recule de 10 points.

D’après Yougov, le budget moyen pour cette rentrée (comprenant fournitures scolaires, mais aussi vêtements, activités périscolaires…) s’élèvera cette année à 439,63 euros.

Comme à l’accoutumée et dans l’optique de limiter les dépenses, une large majorité de Français (82,2% selon Toluna, 69% selon Yougov) prévoient de faire la majeure partie de leurs courses de rentrée en grandes surfaces. Près d’un sur cinq ira dans les librairies et papeterie, tandis que le recours aux achats en ligne concernera près de 20% des Français.

Selon Toluna, près de neuf Français sur dix (87,7%) déclarent vouloir essayer de réduire leurs dépenses au maximum cette année. Pour cela, diverses stratégies se mettent en place: 39,2% prévoient de réutiliser une partie des fournitures de l’an dernier, 29,3% vont comparer les prix pour trouver les articles les moins chers, 21,9% privilégient les produits de base.

Par ailleurs, le recours aux achats groupés se développe (22% selon Yougov, 10,9% selon Toluna en hausse de deux points), tandis que l’achat de produits d’occasion, notamment pour les livres (58% l’ont déjà fait), apparaît de moins en moins tabou.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous