Rentrée : Najat Vallaud-Belkacem veut une école “exigeante et juste”

En septembre, la ministre de l’Education nationale lance la 3e année de la refondation de l’Ecole. Celle-ci aura deux visages : elle sera "exigeante", mais aussi "plus juste".

Najat Vallaud-Belkacem lors de sa conférence de rentrée 2015 / Ministère de l'Education nationale

Najat Vallaud-Belkacem lors de sa conférence de rentrée 2015 / Ministère de l’Education nationale

Pour la rentrée, la ministre de l’Education nationale a présenté, mardi 25 août, les grandes lignes de la troisième année de la refondation de l’Ecole. L’année 2015-2016 verra ainsi se profiler deux grands axes : une “école exigeante” et une “école juste”.

“Une école exigeante”

Pour “faire réussir tous les élèves”, Najat Vallaud-Belkacem défend le projet de créer, d’ici 2017, 60 000 postes.

“Nous avons déjà créé 35 200 postes, pour moitié grâce au rétablissement de la formation initiale, et recruté 100 000 enseignants, ce qui permet de relativiser le discours sur la crise des vocations”, indique la ministre – qui assure que “le reste des postes sera bel et bien créé”.

© Petro Feketa - Fotolia.com

© Petro Feketa – Fotolia.com

La priorité au primaire “est réelle”

Najat Vallaud-Belkacem a voulu rassurer les enseignants du premier degré, inquiets quant à la position du gouvernement face à sa “priorité au primaire”. Ainsi, note-t-elle, “depuis 2012, nous avons créé 21 000 emplois supplémentaires d’enseignants titulaires, et cette année, 811 postes seront créés, ainsi que 3400 postes de professeurs stagiaires”.

Concernant les salaires des professeurs des écoles, elle assure que l’ISAE, “que nous avons créé pour revaloriser le premier degré, a vocation à augmenter”. Actuellement, cette indemnité est de 400 €. Le SNUipp-FSU demande notamment qu’elle soit alignée sur celle du secondaire, l’ISOE.

La ministre a assuré que “la priorité à l’école primaire est réelle, à travers “des dispositifs pédagogique innovants”, lancés en 2012 : la scolarisation des enfants de moins de 3 ans, “stimulée grâce à la création de 25 000 nouvelles places en 3 ans”, et le dispositif “plus de maîtres que de classes”, “qui verra à la rentrée un nombre de professeurs supplémentaire augmenter de plus de 500”.

élèves de primaire

© Syda Productions – Fotolia

Rythmes éducatifs : “5 matinées pour mieux apprendre”

La priorité au premier degré “passe aussi par de nouveaux programmes”, a poursuivi Najat Vallaud-Belkacem. A la rentrée 2015, le nouveau programme de l’école maternelle, “organisée en un cycle unique”, sera ainsi mis en oeuvre. La ministre indique que “des formateurs accompagneront les enseignants dans sa mise en place”.

Najat Vallaud-Belkacem défend enfin la réforme des rythmes éducatifs. “J’ai mobilisé les recteurs pour que la cinquième matinée profite pleinement à l’apprentissage des élèves”, indique-t-elle. A partir de la rentrée, deux protocoles d’évaluation permettront de “mesurer scientifiquement” les “bénéfices pédagogiques” des nouveaux rythmes.

élèves collège

© Kzenon – Fotolia

“La maîtrise des fondamentaux”

Pour “permettre à chaque enfant des apprentissages plus solides dès le primaire”, la ministre indique qu’une évaluation du niveau des élèves en français et en mathématiques, “à des fins diagnostiques”, est mise en place au début de la classe de CE2.

Najat Vallaud-Belkacem a tenu à rappeler ses “efforts” portant sur la maîtrise de la langue française, avec un “plan d’action global”, mais aussi sur les mathématiques. Ainsi, pour lutter contre “l’innumérisme”, une “stratégie axée autour de programmes en phase avec leur temps, et d’enseignants mieux formés” a été lancée.

école numérique

© apops – Fotolia

Un “plan numérique”

“Cette rentrée voit la préfiguration du plan numérique”, indique Najat Vallaud-Belkacem, qui indique que 570 établissements pilotes (350 écoles et 220 collèges) se verront “dotés d’équipements mobiles et de ressources numériques”, afin d’expérimenter “dès cette année de nouvelles formes d’enseignement et d’apprentissage”.

2015 “verra un effort sans précédent” pour former les enseignants à l’usage du numérique, avec 3 jours de formation pour les profs de collège, et des séminaires – destinés aux cadres et formateurs.

Réforme du collège : “former les équipes”

Pour que la réforme du collège soit “mise en oeuvre dans les meilleures conditions”, un “important effort de formation sera nécessaire”, remarque la ministre. Ainsi, un plan de formation de 24 millions d’euros permettra aux enseignants de “bénéficier de 8 journées, organisées dans la proximité”.

college

© Christian Schwier – Fotolia.com

“Une école plus juste”

“Faire réussir tous les enfants, c’est faire le choix d’une école plus juste, qui fonde son excellence sur la réussite du plus grand nombre, sans laisser pour compte un trop grand nombre de jeunes”, a lancé la ministre de l’Education nationale lors de sa conférence de rentrée.

Concernant l’éducation prioritaire, “les mesures déjà prises seront généralisées dans tous les réseaux”, promet-elle. Déplorant “30 ans d’empilements de dispositifs”, Najat Vallaud-Belkacem se félicite d’avoir “réactualisé la carte, chose indispensable”.

Mixité et lutte contre la pauvreté

brevet collège 2014Une école plus juste “nécessite aussi de prendre à bras le corps” les questions de la mixité sociale et de la lutte contre la pauvreté, selon Najat Vallaud-Belkacem. Ainsi, “nous avons voulu faire un effort de ce côté là, à travers de nouvelles mesures déjà en vigueur : l’augmentation de 20% des crédits dédiés aux fonds sociaux, et le recul au 30 septembre de la date limite de dépôt de dossiers de bourses de collège”, remarque la ministre.

Pour “favoriser la mixité sociale” dans les établissements, des territoires pilotes pratiqueront cette année “une sectorisation plus large” : des “logiciels de diagnostic” permettront aux recteurs et DASEN de faire un état des lieux de la mixité sociale dans les collèges. “Ceci leur permettra de développer des secteurs multi-collèges (plusieurs collèges d’affectation pour une même zone), adaptés à la réalité du territoire”, s’enthousiasme Najat Vallaud-Belkacem.

collège

© rimmdream – Fotolia

Face au décrochage

Pour créer une école “plus juste”, la ministre promet aussi de s’attaquer au décrochage scolaire, à travers une “instance collégiale pluri-professionnelle” qui sera chargée, dans chaque établissement, de la mise en oeuvre d’une “politique de prévention”.

“Un vaste plan de formation” des enseignants autour des “signes précurseurs” du décrochage sera aussi lancé à la rentrée. Des “parcours aménagés de formation initiale” seront aussi proposés, “à titre expérimental”, dans plusieurs académies, à des jeunes de plus de 15 ans en risque de décrochage, et scolarisés au collège ou au lycée.

3 commentaires sur "Rentrée : Najat Vallaud-Belkacem veut une école “exigeante et juste”"

  1. Pierre  28 août 2015 à 9 h 33 min

    Comment faire une réforme contre l’avis des professionnels ?
    la grande majorité des professeurs sont opposés à la réforme du collège.
    Dans les modifications techniques de la réforme, le public n’a pas les éléments nécessaires pour se faire une idée exacte de ce qui va changer.
    Cette réforme n’est ni exigeante ni juste:
    Diminution du nombre heures d’enseignement hebdomadaire pour chaque langue.
    Disparition de l’enseignement disciplinaire du latin et du grec pour tout le monde remplacé par une sensibilisation aux civilisations anciennes et aux langues morte sur un nombre réduit d’heures.
    Disparition des classes bi langue et réduction du nombre d’heure d’enseignement de l’allemand.
    Nomination d’une déléguée ministérielle pour la promotion de la langue allemande qui ne renonce à aucune de ses activités universitaires pour remplir sa mission !!!
    Cette réforme déshabille Pierre pour habiller Paul et n’a d’autre ambition que de faire des économies.Signaler un abus

    Répondre
  2. France  29 août 2015 à 17 h 03 min

    D’accord.
    On peut remettre en place la carte scolaire ?. Il me semble que c’était un garant de l’égalité républicaine…

    NB : on dit langues mortes pas langues mortes. Tiens, une faute ! Vivement la réforme !Signaler un abus

    Répondre
    • annie ance  1 septembre 2015 à 12 h 33 min

      « NB : on dit langues mortes pas langues mortes. Tiens, une faute !  »
      Où est la faute, France ?Signaler un abus

      Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous