Pau-Langevin dévoile le 3 septembre un plan pour les jeunes d’outre-mer

logo AFP

George Pau-Langevin a annoncé mardi qu’elle présenterait le 3 septembre un plan pour les jeunes des outre-mer, destiner à lutter contre le décrochage scolaire et améliorer leur passage de la formation à l’emploi.

« Nous préparons depuis plusieurs mois un plan pour les jeunes, axé sur la lutte contre le décrochage et sur la formation », a déclaré la ministre des Outre-mer lors d’une rencontre avec la presse.

Alors que les chiffres du chômage des jeunes « restent préoccupants » dans les outre-mer, atteignant jusqu’à 60%, ce plan déploiera des mesures pour « éviter l’évaporation des jeunes » à toutes les étapes de leur parcours scolaire ou de formation, a-t-elle dit.

« On n’a pas assez articulé le passage entre formation et emploi », a reconnu la ministre, qui travaille « avec les élus locaux » sur les moyens « de faciliter l’emploi des jeunes dans les territoires d’outre-mer », qu’ils se soient formés sur place ou qu’ils soient partis se former dans l’Hexagone.

D’autant « qu’aujourd’hui, nous avons des résultats améliorés dans les outre-mer avec des mentions très bien au bac, des élèves brillants » qui pourraient s’insérer dans la vie économique locale, a estimé la ministre, rappelant le cas d’un jeune bachelier de la Réunion, deuxième meilleur au niveau national en série scientifique.

Elle a aussi rappelé que la loi Macron avait créé la possibilité d’introduire une clause de recrutement local dans les marchés publics dans les territoires à fort chômage des jeunes. « C’est important car l’économie ultramarine dépend beaucoup de la commande publique », a-t-elle souligné.

En ces temps de rentrée scolaire (la Polynésie a repris le 17 août, la Réunion le 18, Mayotte et la Nouvelle-Calédonie le 25, les autres territoires reprenant comme la métropole le 1er septembre, à l’exception de Saint-Pierre et Miquelon le 4), Mme Pau-Langevin s’est félicitée qu’elle se soit « bien passée ». Les outre-mer compte environ 700.000 élèves scolarisés

« Elle a été assez calme, même à Mayotte alors que les enjeux sont terrifiants, tant en nombre d’enfants à scolariser que de nombre de constructions » à réaliser, a souligné la ministre. Dans le 101e département français, 89.500 enfants sont à scolariser soit plus de 40% de la population de l’île.

En Guyane aussi, « la population scolaire augmente plus vite que les établissements » même si des fonds ont été débloqués dans le cadre du contrat de plan Etat-région, a noté la ministre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous