Alpes-Maritimes: quatre écoles vandalisées

logo AFP

Quatre écoles ont été découvertes vandalisées dans les Alpes-Maritimes ces derniers jours, trois à Nice et une dans la commune limitrophe de Saint-Laurent-du-Var, déplorent mardi les élus locaux.

Des enquêtes sont en cours à la Sûreté départementale des Alpes-Maritimes sur des déprédations survenues dans les trois écoles niçoises, a précisé mardi une porte-parole de la police.

« C’est pris très au sérieux et la police scientifique a été dépêchée sur les lieux », a-t-elle ajouté.

Il y a huit mois, une bande de jeunes saccageurs d’écoles, âgés entre 14 et 16 ans, avaient été démantelée, a-t-elle rappelé. Aucun indice ne permet pour l’instant de penser que les nouvelles déprédations ont un lien.

L’une des écoles, qui est utilisée en été comme centre aéré, a été vandalisée durant le weekend dernier. Un vestiaire du personnel a été saccagé et du matériel informatique probablement dérobé.

Dans une autre école, vide en été, plusieurs classes et le réfectoire ont été également vandalisés, a précisé le maire de Nice (LR), Christian Estrosi, jugeant ces actes « inqualifiable ».

Patrick Allemand, conseiller municipal d’opposition socialiste, en a profité pour attaquer la gestion de la ville, en recensant désormais six écoles saccagées en 2015 à Nice. Cet élu réclame l’équipement de toutes les écoles en vidéo-surveillance, en alarmes anti-intrusion et en conciergeries.

Un quatrième saccage d’école a été découvert durant le weekend à Saint-Laurent-du-Var, a aussi rappelé, le député LR et président du Conseil général des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti.

« Face à ce phénomène, l’État doit apporter une réponse ferme, cela passe notamment par un durcissement des sanctions à l’égard de ceux qui s’attaquent à l’École de la République, qui doit rester un sanctuaire préservé de toute violence », a commenté M. Ciotti dans un communiqué.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous