Samia Ghali (PS) juge « ridicule » la suppression des repas de substitution

logo AFP

La sénatrice et maire du 8e secteur de Marseille, Samia Ghali (PS), a estimé vendredi matin que la suppression des repas de substitution dans les cantines était une initiative « ridicule ».

« Je trouve que c’est ridicule de dire: il n’y a pas de substitution pour ceux qui ne mangent pas de porc. Autant je prône la laïcité, mais là je trouve qu’on va un peu loin », a affirmé Samia Ghali sur Sud Radio.

« Aujourd’hui, un enfant qui ne mange pas de porc, on doit lui permettre de manger autre chose, (…) les parents payent pour la cantine de leurs enfants », a souligné la sénatrice. « Parce qu’autrement cet enfant, si parce que ses parents travaillent il ne peut pas rentrer chez lui manger, eh bien c’est un enfant qui ne mangera pas et pour moi, c’est la santé de l’enfant qui prime sur le reste », a-t-elle ajouté.

Samia Ghali répondait à propos de l’initiative de Gilles Platret (LR), le maire de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), qui a décidé de supprimer les repas de substitution pour ceux qui ne mangent pas de porc dans les cantines scolaires de sa commune. Une initiative dictée par la volonté du maire de faire respecter la laïcité.

« J’ai toujours vu dans l’école publique et républicaine des repas de substitution, et c’est pas ça qui a tué la laïcité », a dit Samia Ghali.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous