Menus dans les cantines: Jégo (UDI) veut rendre obligatoire un menu végétarien

logo AFP

Le député UDI Yves Jégo veut déposer à la rentrée une proposition de loi pour rendre obligatoire la présence d’un menu végétarien dans les cantines scolaires, a-t-il indiqué vendredi sur BFMTV.

« Je vais déposer une proposition de loi (…) il faut rendre obligatoire dans les cantines scolaires en alternative aux repas servis un repas végétarien, sans viande, ni poisson », a lancé le maire de Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne).

Cela permettra aux enfants « qui pour des raisons médicales, pour des raisons éthiques, pour des raisons religieuses ne veulent pas manger de viande parce que ceci parce que cela (…) de ne pas les stigmatiser », a-t-il expliqué. Il déposera cette proposition de loi « à la rentrée parlementaire ».

« C’est simple, et cela garantit l’apport en protéines », a-t-il encore argumenté.

Jeudi, le tribunal administratif de Dijon a rejeté le référé – mais sur la question de l’urgence – contestant la décision du maire de Chalon-sur-Saône de supprimer les menus de substitution au porc dans les cantines de sa ville.

La création d’un menu végétarien, « le plus laïc de tous », a été proposée dans une tribune du journal Le Monde signée par des intellectuels, dont le moine bouddhiste et écrivain Matthieu Ricard.

A Perpignan, la mairie (Les Républicains, ex-UMP) a décidé en juin de ne plus servir de menu de substitution au porc et de proposer un menu végétarien.

La mairie de Toulouse (LR) a aussi indiqué en juillet qu’elle proposerait à la rentrée un menu sans viande. Le président du MoDem, François Bayrou, avait indiqué en mars dernier qu’il travaillait à l’idée d’un menu végétarien dans sa ville de Pau.

Ce débat revient régulièrement. En 2008, la mairie de Lyon avait crée un menu sans viande dans les cantines.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous