Admission post-bac: tous les bacheliers auront bien une place, promet l’Education nationale

logo AFP

Tous les bacheliers, même les 7.500 qui n’ont pas encore finalisé leur entrée dans l’enseignement supérieur, auront une place au sein de leur académie, a affirmé le ministère de l’Education nationale dans un communiqué transmis mercredi.

« La procédure complémentaire d’APB (Admission post-bac, le portail d’inscription des bacheliers souhaitant poursuivre des études supérieures, ndlr) en cours permettra aux élèves en recherche d’une filière de bénéficier des places vacantes jusqu’au 15 septembre. Au-delà de cette date, Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon rappellent que tout jeune qui n’aura reçu aucune proposition sera pris en charge par le rectorat de son académie et recevra une proposition d’admission au sein de son académie, conformément à la loi », selon le communiqué.

En juillet, le syndicat étudiant Unef dénonçait des tensions croissantes pour s’inscrire dans l’enseignement supérieur, et estimait à plusieurs milliers le nombre de bacheliers en liste d’attente ou sans place.

« A ce jour, de l’ordre de 7 500 bacheliers de 2015 n’ont pas encore finalisé leur entrée dans l’enseignement supérieur. Cela représente 1% des bacheliers », rappelle le ministère.

La quasi-totalité des 214.000 candidats – élèves de terminale ayant exprimé un premier choix visant une Licence – ont obtenu une proposition d’inscription « en tenant compte des capacités d’accueil existantes sur quelques filières qui rendent prioritaires les bacheliers au sein de leur académie ».

Selon la rue de Grenelle, les demandes d’admission en première année de Licence augmentent depuis plusieurs années et notamment sur quelques filières qui sont en tension.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous