Candidat controversé, Eric de Chassey a « un projet » pour les Beaux-Arts

logo AFP

Eric de Chassey, candidat à la tête de l’Ecole des Beaux-Arts, revendique « un projet » pour cet établissement prestigieux et balaie les rumeurs selon lesquelles Julie Gayet aurait influé en faveur de sa candidature, dans une interview mercredi au journal Le Monde.

« J’ai un projet, et c’est cela qui compte. Le reste ne rime à rien », se défend-il.

« Chaque fois qu’on prête attention à des rumeurs concernant la vie privée, on se déshonore. C’est important de revenir à des questions de fond », souligne Eric de Chassey, 50 ans, historien de l’art et actuel directeur de la Villa Médicis à Rome.

L’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts (ENSBA) « est un lieu important pour la formation des futurs artistes en France et à l’international. Je me suis intéressé à la question de la formation avant même mon arrivée à la Villa Médicis. J’ai fait partie du jury de l’ENSBA dans les années 1990, je suis au conseil d’administration de l’Ecole des Beaux-Arts de Lyon », poursuit-il.

« J’ai un projet, et c’est cela qui compte. Le reste ne rime à rien », se défend-il encore, expliquant notamment vouloir une diversité non « seulement internationale, mais aussi sociale » dans le recrutement des étudiants et une « collaboration » plus grande avec les autres écoles d’art.

Le ministère de la Culture a annoncé le 2 juillet que le directeur de l’Ecole des Beaux-Arts, Nicolas Bourriaud, allait être remplacé à la tête de cet établissement auquel Fleur Pellerin souhaite « donner un nouvel élan ».

La ministre a lancé un appel à candidatures qui se terminait mardi pour le remplacer. Parmi les autres candidats, figure notamment l’artiste contemporain Vincent Corpet.

Le Canard enchaîné avait indiqué qu’Eric de Chassey devrait succéder à Nicolas Bourriaud, un choix qui aurait à voir « avec le fait que Chassey est marié à l’actrice Anne Consigny, laquelle se trouve être la meilleure amie de Julie Gayet », compagne de François Hollande, d’après l’hebdomadaire satirique.

Le ministère de la Culture avait démenti à l’AFP début juillet « les allégations du Canard enchaîné sur une nomination d’Eric de Chassey ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous