Réforme du collège: un des soutiens pourrait faire marche arrière

logo AFP

Le SNPDEN-Unsa, premier syndicat des chefs d’établissement, qui a jusque-là soutenu la réforme du collège, décidera en septembre s’il maintient ou pas son appui, après la publication d’une circulaire d’application qu’il juge « inacceptable ».

La circulaire, publiée jeudi par le ministère de l’Education nationale, rentre dans les détails de mise en oeuvre de la réforme du collège prévue pour la rentrée 2016, qui avait déjà fait l’objet d’un décret et d’un arrêté.

« Par l’interprétation qu’elle apporte », elle « vide de son contenu la principale raison » pour laquelle le SNPDEN a soutenu la réforme, estime le syndicat lundi dans un communiqué. Le texte empiète sur les compétences légales des instances des collèges, notamment du Conseil d’administration, déplore-t-il.

L’organisation décidera le 9 septembre si « elle continue d’apporter ou non son appui », initialement accordé en raison des moyens et de l’autonomie apportés par la réforme.

Or le nouveau texte « leur dicte ce qu’ils doivent décider en indiquant que +les groupes à effectifs réduits ont vocation à être constitués en priorité pour les sciences expérimentales, la technologie, les langues vivantes étrangères, les langues régionales et l’enseignement moral et civique+ », indique le communiqué.

De même la circulaire « se mêle de fixer comment les élèves doivent être repartis dans les classes selon tel ou tel enseignement », critique le SNPDEN.

La circulaire demande que les collégiens qui suivront un enseignement de complément (latin, grec, langue régionale) ou qui étudieront deux langues dès la sixième parce qu’ils auront commencé une langue autre que l’anglais à l’école élémentaire, soient repartis dans plusieurs classes, « afin d’éviter la constitution de filières ».

La réforme du collège est combattue par plusieurs syndicats d’enseignants (Snes-FSU, Snalc, FO, CGT, Sud) qui ont recueilli 80% des voix aux élections professionnelles. Elle est soutenue par l’Unsa Education, fédération à laquelle appartient le SNPDEN, et par le Sgen-CFDT.

Cette réforme prévoit que chaque établissement décide de 20% de son emploi du temps pour du travail en petits groupes, de l’accompagnement personnalisé pour tous les élèves et de nouveaux enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI).

Les langues anciennes, latin et grec, ne seront plus une option, perspective qui fait craindre leur disparition à des associations d’enseignants. Elles seront enseignées via un EPI Langues et cultures de l’Antiquité et un enseignement de complément.

L’apprentissage de la deuxième langue vivante est avancée d’un an, en 5e. Parallèlement, sont supprimées la plupart des classes bilangues (deux langues dès la 6e) et les sections européennes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous