Bac : les recalés pourraient bientôt ne repasser que les épreuves ratées

Un projet de décret présenté jeudi pourrait permettre aux recalés du bac souhaitant redoubler de ne repasser que les matières dans lesquelles ils ont échoué.

échec examen

© leszekglasner – Fotolia

Les candidats recalés au bac y trouveront une petite consolation. Un projet de décret voté ce jeudi au CSE pourrait dès 2016 autoriser les candidats à conserver, en cas d’échec au bac, les notes des épreuves écrites supérieures ou égales à 10/20, pour les 5 années suivantes. S’ils décident de redoubler et de retenter leur chance, ils pourront donc ne repasser que les matières dans lesquelles ils ont échoué.

Le droit de conserver ses bonnes notes

Les élèves choisissant de bénéficier de ce dispositif auront jusqu’à décembre pour choisir les notes qu’ils souhaitent conserver. Ils devront passer un entretien avec leur prof principal et leur proviseur afin de « réfléchir aux meilleurs choix à faire en fonction du niveau de maîtrise de l’élève à la fin de l’année, du projet d’orientation et de la nécessité d’entretenir ses compétences », explique Claire Krepper, secrétaire nationale du SE-Unsa.

Certains enseignants tirent tout de même la sonnette d’alarme, craignant que ce système de terminale « allégée » n’incite les élèves à délaisser des disciplines. « Dispenser les redoublants de terminale de certains cours est démagogique et contre-productif pour la poursuite d’études supérieures », a ainsi critiqué le Snes-FSU sur Twitter. D’autres plébiscitent le dispositif, estimant qu’il pourrait limiter le décrochage des recalés quittant le système scolaire sans diplôme.

Le droit de redoubler dans son lycée d’origine

Le décret prévoit également un droit pour les candidats ayant échoué au bac à redoubler dans leur lycée. Ce droit sera valable « l’année qui suit immédiatement » l’échec au bac. Actuellement, si un droit au redoublement existe bien, il n’est pas toujours certain que le candidat puisse refaire une terminale dans son établissement d’origine. « On avait régulièrement des redoublants qui ne trouvaient pas de place, et qui se retrouvaient décrocheurs malgré eux », souligne ainsi Claire Krepper.

Encore à l’état de projet, le dispositif, s’il est adopté,  prendra effet à la rentrée 2016.

Recalés au bac 2015 : quelles solutions ?

Ce projet de décret est présenté quelques jours avant la publication des résultats du bac 2015, dévoilés ce mardi 7 juillet. Les recalés de cette année, qui ne pourront pas en bénéficier, auront néanmoins le choix entre plusieurs options. Le redoublement, tout d’abord, qui semble la plus raisonnable puisque environ 80 % des redoublants décrochent le bac l’année suivante. Une possibilité qui peut toutefois, comme évoqué plus haut, se trouver compromise si l’élève n’est pas admis à redoubler dans son lycée d’origine.

Ils peuvent aussi repasser le bac en candidat libre, avec les cours du Centre national d’enseignement à distance (CNED). Enfin, ils peuvent choisir de poursuivre leurs études sans le bac, qui n’est pas requis dans certaines formations supérieures. Il n’est pas obligatoire, par exemple, pour s’inscrire à la capacité en droit, ou se présenter au diplôme d’aide-soignant. Cependant, souligne la sociologue Marie Duru-Bellat, ne pas avoir le bac limite « énormément le choix pour la poursuite d’études supérieures ».

Source(s) :
  • lci.tf1.fr, francesoir.fr, AFP, europe1.fr

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous