Fichiers présumés illégaux sur les musulmans à Béziers: enquête classée sans suite

logo AFP

Le parquet de Béziers a annoncé jeudi avoir classé sans suite l’enquête ouverte en mai sur de présumés fichiers illégaux de la mairie de Béziers, portant sur un décompte d’élèves musulmans.

« Il n’y a rien qui permette de prouver quoi que ce soit. Je classe l’affaire sans suite », a déclaré à l’AFP le procureur de Béziers, Yvon Calvet, qui avait ouvert une enquête préliminaire pour « tenue illégale de fichiers en raison de l’origine ethnique ».

Lors de l’émission politique Mots Croisés sur France 2 le 5 mai, le maire de Béziers, Robert Ménard, proche du Front national, avait déclaré: il y a « 64,6% » d’élèves de confession musulmane dans les école publiques de Béziers. Ce sont les chiffres de ma mairie. Pardon de le dire, le maire a, classe par classe, les noms des enfants. Je sais que je n’ai pas le droit de le faire. Pardon de le dire, les prénoms disent les confessions. Dire l’inverse, c’est nier l’évidence ».

Le maire de Béziers avait cependant martelé le lendemain qu’il n’y avait « pas de fichage des élèves à Béziers » et qu’il n’y en aurait « jamais ».

« Je suis vraiment satisfait. C’est la fin d’une polémique bidon. Il n’y avait rien d’illégal à dire cela, le bon sens a triomphé. Dire ce qui est me semble être le métier du maire. Il n’y avait rien de rien dans ce dossier. C’est un camouflet pour Taubira, Valls et le président! », s’est félicité auprès de l’AFP M. Ménard.

Cette déclaration à Mots Croisés avait en effet entraîné de vives critiques, jusqu’au plus haut niveau de l’État. François Hollande avait évoqué un procédé « contraire à toutes les valeurs de la République », et Manuel Valls avait twitté « Honte au maire ».

L’ancien président de Reporters sans frontières (RSF) avait aussi été entendu par la PJ de Montpellier.

Le 11 mai, le tribunal administratif de cette même ville avait rejeté le référé liberté déposé par une association pour enjoindre le maire de Béziers, Robert Ménard, proche du Front national, de cesser la collecte d’informations sur la religion d’élèves, en l’absence de preuves de l’existence de fichiers spécifiques.

« Il ne résulte ni des pièces soumises au juge ni des informations recueillies lors de l’audience » que la ville de Béziers aurait constitué « un ou plusieurs fichiers spécifiques, dématérialisés ou non, fondés sur l’appartenance religieuse (…) des élèves », avait souligné le tribunal.

En revanche, des informations sur les élèves « ont été collectées à partir des fichiers recensant les élèves inscrits dans les établissements publics d’enseignement dans lesquels les enfants supposés appartenir à la religion musulmane ont été identifiés par leurs prénoms », avait noté le tribunal.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous