Michel Tournier, 90 ans et un bilan « plutôt bon », estime l’écrivain

logo AFP

L’écrivain Michel Tournier, 90 ans, auteur de « Vendredi ou la vie sauvage » et du « Roi des Aulnes », estime que son « bilan est plutôt bon », dans un entretien publié jeudi par Le Figaro.

« A la fin de sa vie, on peut évaluer sa vie à partir de six critères: le physique, la famille, l’époque, les amitiés, l’amour, la profession. Mon bilan est plutôt bon, avec même ce sommet professionnel que représente le prix Goncourt. Le point faible c’est l’époque où j’ai vécu », confie l’écrivain qui vit en ermite dans un ancien presbytère, en vallée de Chevreuse, au sud de Paris.

L’écrivain qui continue de tenir un journal où il note « des souvenirs, des observations, les appels de (ses) amis » vient de publier une passionnante correspondance de trente ans (1967-1998) avec son ami et traducteur allemand Hellmut Waller. Ces « Lettres parlées à son ami allemand Hellmut Waller » (Gallimard) sont la transcription des bandes magnétiques que les deux amis s’échangent régulièrement depuis qu’ils ont fait connaissance en 1946. « Nous avons pris l’habitude de correspondre par bandes magnétiques, procédé qui présente l’avantage de transmettre les bruits de la vie, les cloches de Choisel (où vit Tournier, ndlr) ou les cris d’enfants devant la maison », explique l’écrivain.

Michel Tournier, amoureux de la langue allemande — « Je dois être le seul Français à posséder les oeuvres complètes de Kant en allemand, que j’ai achetées à Paris pendant l’Occupation », dit-il –, continue de parler allemand « tous les soirs avec une certaine Karen Bucher qui me téléphone de Suisse depuis des années ». « Pendant dix minutes, elle me raconte sa journée, je lui raconte la mienne. Mais je ne l’ai jamais rencontrée », raconte-t-il.

Curieuse coïncidence, en allemand Bücher est le pluriel du mot livre.

Michel Tournier a publié son premier livre, « Vendredi ou les limbes du Pacifique » en 1967 à l’âge de 42 ans. C’est un immense succès notamment auprès des jeunes lecteurs. C’est en pensant à ces jeunes lecteurs qu’il réécrit « Vendredi » en 1971 sous le titre « Vendredi ou la vie sauvage ». Cette édition rencontre un succès encore plus grand que la version originale. Juste avant, en 1970, il a reçu le Goncourt pour « Le roi des Aulnes », puissant roman de l’enfance et du nazisme, de la perversion et de la pureté.

Auteur populaire, il vend environ 300.000 exemplaires par an de ses oeuvres dont 100.000 pour le seul « Vendredi ou la vie sauvage », livre recommandé par le ministère de l’Éducation nationale. Depuis sa parution, près de 8 millions d’exemplaires de « Vendredi ou la vie sauvage » ont été vendus toutes éditions confondues.

« Le roi des Aulnes » a dépassé les 4 millions d’exemplaires vendus et a été adapté au cinéma par le réalisateur allemand Volker Schlöndorff.

Tous les livres de Michel Tournier sont publiés par Gallimard.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous