Haute-Vienne: une institutrice de maternelle sera jugée pour « violences » contre ses élèves

logo AFP

La directrice d’une école maternelle de Haute-Vienne, placée mercredi en garde à vue après des plaintes pour « violences physiques et psychologiques » contre une vingtaine d’enfants dont elle avait la charge, sera jugée prochainement par un tribunal correctionnel, a annoncé jeudi le Parquet de Limoges.

Agée de 48 ans, l’enseignante de petite section, qui est également directrice de l’école maternelle de Feytiat, à quelques kilomètres au sud-est de Limoges, avait été placée en garde à vue après le dépôt de plaintes de parents d’élèves et cinq mois d’enquête de la brigade des mineurs.

A l’issue de cette garde à vue, le parquet a retenu contre l’institutrice des infractions qui concernent « 21 enfants » ayant fréquenté sa classe au cours des quatre dernières années scolaires.

Il a donc « notifié à l’intéressée sa comparution prochaine devant le tribunal correctionnel » de Limoges, où elle devra répondre de « violences sur mineurs de moins de 15 ans commises par une personne ayant autorité sur les victimes. » La date du procès n’était pas encore connue jeudi après-midi.

Le procureur de la République de Limoges, Michel Garrandaux, a précisé avoir demandé le placement de l’institutrice sous contrôle judiciaire.

Selon un collectif formé par les parents d’élèves, une quinzaine d’enfants – âgés de trois ans en moyenne – placés sous la responsabilité de l’enseignante depuis la rentrée 2014 auraient été l’objet de brimades et d’humiliations, dont trois plus particulièrement.

« Nous avons réuni de nombreux témoignages: tapes sur la nuque, enfants secoués, témoignages de tout petits racontant leur angoisse d’être mis dans le +placard aux sorcières+, humiliations, brimades… la liste est sans fin », a raconté à l’AFP une mère de famille, porte-parole du collectif, qui souhaite rester anonyme.

Une source proche de l’enquête a fait état de « méthodes de travail, disons +à l’ancienne+, c’est-à-dire assez violentes », alors que l’enseignante aurait déjà eu des précédents lors d’autres affectations qui ont permis d’étayer le dossier.

Selon la porte-parole du collectif de parents, le rectorat aurait informé les parents au printemps « qu’un accord avait été trouvé avec l’institutrice, qu’elle était en arrêt de travail et qu’elle ne reviendrait plus dans l’école ».

« Mais pour nous, il est inenvisageable qu’elle retourne auprès d’enfants où que ce soit. Cette femme n’a pas sa place dans l’Education nationale », s’insurge-t-elle, justifiant le dépôt des plaintes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous