Un ex-instituteur condamné à cinq ans de prison pour des actes pédophiles

logo AFP

Un ancien instituteur, déjà condamné pour des faits de pédophilie dans les années 1990, a écopé mardi d’une peine de cinq ans d’emprisonnement pour des agressions sexuelles sur trois garçons.

Le tribunal correctionnel de Créteil a assorti cette peine d’un suivi socio-judiciaire de quatre ans.

Lors de l’audience, les juges se sont penchés sur deux périodes distinctes: d’abord des faits commis de 1993 à 1994, qu’il a niés, puis des faits survenus entre 2008 et 2013, qu’il a reconnus. A chaque fois, les victimes étaient de jeunes garçons âgés de 8 à 12 ans.

« Je suis poursuivi par les regrets et les remords, c’est quelque chose qui me hante », a déclaré le prévenu. « J’ai conscience de la gravité des faits et des conséquences sur ces enfants. »

En 1995, cet homme de 58 ans était instituteur dans une école primaire de Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), lorsque quatre enfants se sont plaints d’attouchements sexuels. Suspendu de l’Éducation nationale en 1998 et jugé en 1999, il avait écopé à l’époque de dix mois de prison avec sursis.

Mais en novembre 2013, une nouvelle plainte est déposée contre lui. Les deux garçons d’un couple d’amis très proches l’accusent de les avoir agressés sexuellement pendant plusieurs années. « Il nous tripote, il nous touche quand on est chez lui », confiera l’aîné à ses parents.

A cette même période, un de ses anciens élèves dépose également plainte pour des agressions commises entre 1993 et 1994. Ce n’est qu’après une psychothérapie que cet homme, aujourd’hui âgé de trente ans, a eu la force de témoigner.

S’il a contesté ces faits -« Au cours de la scolarité, je n’ai jamais mis la main dans le slip d’un enfant pour toucher son sexe »-, le prévenu a en revanche reconnu les attouchements sur les deux frères.

« Moi, j’avais découvert la sexualité comme ça, et c’était pour moi une façon de leur faire découvrir la leur », a-t-il expliqué, laissant entendre que les enfants avaient pu être « demandeurs ».

La procureure avait requis une peine de sept ans de prison. « Il a une attirance sexuelle pour les enfants. C’est un pédophile », avait-elle affirmé, pointant un risque de récidive.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous