Perpignan: pour éviter le porc à la cantine, il faudra être végétarien

logo AFP

Les cantines des écoles de Perpignan ne serviront plus de viande de substitution au porc à la rentrée et les familles refusant cette viande devront s’inscrire à un menu végétarien, a-t-on appris mardi auprès de la mairie.

Le maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol (Les Républicains, ex-UMP), a confirmé à l’AFP une information du quotidien L’Indépendant titrant « Perpignan dit stop aux menus de substitution ».

Le maintien ou la suppression dans les cantines scolaires de menus sans porc correspondant aux prescriptions religieuses juives et musulmanes, est devenu ces derniers mois source de polémique d’autant qu’en mars le président du parti de droite, Nicolas Sarkozy, s’était dit favorable à la disparition des menus sans porc, au nom de la laïcité.

« Chacun sait que les menus de substitution avaient un caractère confessionnel et, au-delà du porc, des enfants ne mangeaient pas parce que la viande n’était pas halal: on jetait 300 kilos de viande par semaine, j’ai beaucoup étudié la question et je propose un menu végétarien, pour lequel il n’y a pas de prescription religieuse halal ou casher », a expliqué M. Pujol à l’AFP.

« La décision a été prise il y a plus de trois mois et nous n’avons eu aucune contestation », assure M. Pujol.

Selon le quotidien local, plus d’un quart des 4.700 repas servis l’an dernier dans les écoles de la ville étaient des repas de substitution.

Le maire indique que 15% environ des parents inscrivant actuellement leurs enfants à la cantine pour la rentrée prochaine ont fait le choix du menu végétarien (incluant oeufs, steaks de soja et légumineux), malgré une contrainte non négligeable: une fois choisi, il doit être consommé quotidiennement au moins huit semaines (entre deux périodes de vacances scolaires), « pour des raisons logistiques », selon M. Pujol.

La création d’un menu végétarien dans les cantines scolaires a été proposée fin mars dans une tribune au journal Le Monde signée par des intellectuels, dont le moine bouddhiste et écrivain Matthieu Ricard.

« Le repas végétarien est celui qui convient au plus grand nombre – musulmans, juifs, chrétiens, athées ou autres », écrivaient les signataires, dénonçant la tentation « d’utiliser le porc ou la laïcité pour attiser la haine confessionnelle et diviser les Français ».

Le maire UMP de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, venait de déchaîner une vive polémique en annonçant la suppression du menu de substitution dans les cantines scolaires de sa ville.

Cette position était loin de faire l’unanimité à l’UMP, malgré l’appui de Nicolas Sarkozy.

A gauche, le PCF dénonçait « une provocation scandaleuse » et une « tentative misérable de courir derrière le FN ». C’est « une minable manoeuvre politicienne », lançait Juliette Méadel, porte-parole du PS, la taxant même d' »acte raciste ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous