Education: Filippetti (PS) critique la réforme engagée par le gouvernement

logo AFP

L’ancienne ministre de la Culture Aurélie Filippetti (PS) a vivement critiqué dimanche la réforme de l’Education nationale décidée par le gouvernement, regrettant qu’il n’y ait pas eu de « retour en arrière » sur « les humanités, le latin, le grec, les classes bilangues », comme il y en eu sur la réforme des programmes.

« Sur la réforme des programmes le chantier a été remis sur l’ouvrage et c’était indispensable (…) Il y avait des choses qui n’allaient pas. Maintenant sur les humanités, le latin, le grec, les classes bilangues, je regrette qu’il n’y ait pas eu un retour en arrière sur ces mesures que je trouve négatives », a affirmé Mme Filippetti, interviewée sur BFMTV.

« Je trouve dommage de dire que les classes bilangues sont réservées à des élèves de milieu favorisé. Ce n’est pas le cas. Dans mon département, en Moselle, on n’est pas loin de la frontière allemande, c’est extrêmement utile pour beaucoup d’élèves qui veulent ensuite travailler en Allemagne, et aussi pour des élèves méritants », a ajouté la députée, agrégée de Lettres classiques et fille de mineur.

Le latin et le grec, « ça sert aussi à maîtriser la langue française, notre propre histoire et notre rapport à la citoyenneté », a-t-elle également argué.

« L’honneur de la gauche ça a toujours été de défendre la qualité et l’excellence pour le plus grand nombre. L’égalité que je chérie ce n’est pas l’homogénéité », a-t-elle souligné.

La ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem a mis en branle une réforme qui prévoit le remplacement des options grec et latin par un enseignement pratique interdisciplinaire consacré aux langues et cultures de l’Antiquité et un « enseignement de complément ».

Parallèlement, la plupart des classes bilangues (deux langues en sixième) disparaîtront.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous